Parlons francul

Les fantasmes c’est trop bon, les vivre c’est mieux !

couple amoureux sur la plage

Bonne nouvelle, je remarque que de plus en plus d’articles abordant la sexualité féminine ont pigé que les femmes aussi fantasment, au même titre que les hommes. Sans vouloir jouer la féministe (même si on l’est toutes un peu), il était quand même temps qu’on se rende compte que nos petits cerveaux pervers ont eux aussi des imaginaires bourrés de vice.

Et pourquoi fantasme-t-on ? Eh bien, parce que c’est trop bon. Cela stimule l’imagination sexuelle, fondamentale pour une sexualité épanouie. C’est si bon de s’imaginer vivre des moments charnels de pur délice, avec qui on veut et où on veut. Pas de gêne, pas de remords, tout se passe dans notre tête et personne ne le saura à part nous. Si on est seule au fond de son lit et qu’on y invite soi-même un doigt ou deux à se glisser machinalement au fond de sa culotte, le fantasme peut devenir alors une promesse d’extase absolue.

Mais pourquoi s’arrêter là ai-je envie de dire ? Ceci n’est qu’un préliminaire du fantasme. Alors, peut-être que certains fantasmes méritent d’en rester. J’imagine bien que toutes celles qui ont le fantasme du viol de l’inconnu, ne souhaitent pas le vivre en réalité. Enfin j’espère… Mais pourquoi  ne pas jouer cette scène avec votre compagnon par exemple si elle vous excite tant ? Car oui, pour vivre un fantasme avec quelqu’un, il va bien falloir lui en parler de quelque manière que ce soit. Mais ceci est un pas qui vaut la peine d’être franchi !

Car un fantasme vécu, c’est la sensation d’être devenue l’actrice de votre propre imagination, de vivre en plein cœur de votre désir le plus intime, le plus puissant, le plus hmmm… Vous êtes dans l’acceptation la plus complète de vous, de vos émotions, de vos sens, de vos envies. Vous êtes libérée des chaînes de l’esprit et vous laissez votre âme ne faire qu’un avec votre corps. Vous êtes entièrement VOUS dans l’acte. Un vous qui se dévoue et se dévoile à l’envi de ses propres désirs. En somme, vous vous assumez !

Alors bien sûr dans l’acte, nous sommes deux. Il y a donc une condition au succès de la réalisation de ce fantasme. Que l’autre y mette du sien, mais surtout qu’il/elle désire également vivre ce fantasme. Un fantasme on le vit pour soi et non pour l’autre. Le succès dépend donc selon moi, de la rencontre entre deux désirs purement égoïstes qui s’accordent pour s’offrir entièrement l’un à l’autre. Chacun veut vivre son fantasme et parce que ce fantasme est commun aux deux, sa mise en pratique devient la plus belle offrande à l’autre possible.

2 commentaires

Répondre