Vie de femme

Mon message aux Trouducs

fuck finger

Aujourd’hui, je souhaiterais pousser un coup de gueule et m’adresser à tous les Trouducs de ce monde qui pensent que la femme est un objet qu’on touche à sa guise sans impunité.

La bite ne fait pas l’homme ! 

J’adresse ce message à tous les imbéciles qui pensent que leur petite bite inutile entre leurs jambes leur donne tout pouvoir sur les autres.

J’adresse ce message à ces mécréants qui croient que sous prétexte qu’il fait nuit et que les chattes sont grises, leurs actes irrespectueux sont acceptables.

J’adresse ce message à ces petits connards qui se rêvent hommes grâce à ce pénis mou qui se cache dans leur pantalon, mais qui manquent cruellement de couilles pour en devenir des vrais.

J’adresse ce message à tous ces salauds, qui s’imaginent que le corps de n’importe quelle femme est un objet à leur disposition dès lors qu’ils l’ont décidé.

J’adresse ce message à ces fils de… femmes qui j’en suis sûre ont tout tenté pour leur donner une éducation décente et respectueuse envers d’autres femmes.

J’adresse ce message aux quatre petits cochons qui ont osé m’empoigner, me toucher et me mettre une claque sur les fesses en boîte de nuit la semaine dernière.

Je tiens à vous rappeler que si mon corps est divin, il m’appartient. IL M’APPARTIENT. Le corps d’une femme n’est pas la propriété de tout idiot de sexe masculin qui souhaiterait se l’approprier. Non seulement je vous méprise entièrement, mais j’ai également pitié pour vous. Toucher de façon abusive une femme qui ne le consent pas est votre seul moyen d’avoir la chance de toucher un corps féminin n’est-ce pas ? Vous n’y voyez pas un certain lien de causalité ? Qui aurait envie de poursuivre la soirée avec un connard qui se place volontairement derrière elle pour lui mettre la main au cul ? Personne, sachez-le. Alors, vous resterez misérable et conserverez votre vision dégradante et dégradée de la femme. Vous resterez des simples “Trouducs”.

Touche pas à mon cul Trouduc !

Je me suis fait toucher le cul par des inconnus, susnommés “les Trouducs”, en soirée 4 fois de suite la semaine passée. Je ne dansais pas avec ces mecs, je ne les avais même pas vu. Ils sont chacun passés derrière moi à un moment de la soirée et en ont profité tout naturellement pour me mettre la main au cul. J’ai répondu à ces attaques (oui toucher le cul d’une femme qui ne le veut pas est une attaque, si certains d’entre vous en douteraient encore) en leur administrant des bonnes claques, en les insultant bien fort et en les menaçant de leur foutre mon poing dans la gueule, si jamais ils osaient s’approcher à nouveau de moi. Je regrette de ne pas leur avoir donné un bon coup de genou dans les couilles quand j’y repense.

Ce qui m’a le plus choqué, en plus du geste en lui-même, c’est la satisfaction qui émanait de chacun de leur visage. Ce petit sourire vicieux avec ce regard plein de défi qui semblait dire « allez, je sais que ça t’a plu, et puis de toute façon que peux-tu bien me faire ? » Sur les quatre, il n’y en a qu’un qui s’est excusé ensuite. L’un deux a prétendu qu’il n’avait rien fait et a commencé à s’énerver, avant de se marrer quelques minutes plus tard avec son pote. Les deux autres, ont juste continué de sourire bêtement, fiers de leur connerie. A se demander si se prendre une torgnole ne les excitait pas plus qu’autre chose au final…

Ce qui est le plus désolant dans tout ça, c’est qu’en plus de se sentir salie, on en vient à se demander comment se vêtir la prochaine fois pour pas se faire emmerder. On en vient à se dire qu’on ne sortira plus danser sans la protection d’un copain à côté. On en vient à se dire que ce serait pas mal de prendre des cours de self-défense. Bref, on devient parano et on pense à toutes les parades qu’on peut mettre en place pour éviter ou réagir mieux face à l’agression. Pourquoi devrions-nous toujours apprendre à nous protéger alors que ce serait plutôt à ces « trouduc » d’apprendre à se comporter ? Aucune de nous ne devrait se sentir coupable de se faire tripoter à son insu. On a le droit de se faire belles, le droit de s’habiller sexy, d’être féminine et sensuelle et de mériter d’être désirable ET respectée par les hommes.

Ces Trouducs devraient se souvenir que c’est une femme qui les a engendré, qu’ils ont peut-être des sœurs à qui on fait la même chose et que demain ils auront peut-être des filles. Mais non, ça ils n’y pensent jamais, jusqu’au jour où ça leur arrive aussi et qu’on se prend en pleine face le reflet de sa propre connerie.

Le harcèlement sexuel : un quotidien pas banal

Alors, toucher un cul, ça n’implique pas de pénétration, ça reste au-dessus du vêtement, alors ce n’est pas très grave n’est-ce pas ? Et bien si ça l’est, car on se sent abusée, objetisée et violée dans notre intimité. C’est déjà un viol, car c’est clairement une violence physique et psychologique qui m’est infligée. On se sent mal ensuite, désorientée et salie dans son amour-propre. Dans le droit français, selon l’article 222-23 du Code pénal, le viol implique « tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu’il soit, commis sur la personne d’autrui par violence, contrainte, menace ou surprise ». Je pense qu’il serait bon et plus juste de faire évoluer cette définition et d’y inclure toute forme d’attouchement sexuel non consenti, comme c’est le cas dans d’autres pays.

Du 13 au 19 avril 2015, avait lieu la semaine internationale contre le harcèlement de rue. C’est un problème quotidien qu’il est important de ne pas négliger ni banaliser et de ne surtout jamais considérer comme normal. Une étude commanditée par la Ministre de la Santé Marisol Touraine et la Secrétaire d’Etat chargée des Droits des femmes, Pascale Boistard, indique que 100% des femmes sont touchées par le harcèlement sexiste. Un peu flippant non ?

Toujours au sujet du harcèlement “ordinaire”, je vous invite toutes et tous à découvrir le génial Projet Crocodiles si vous ne connaissez pas encore. Il s’agit d’un tumblr qui met en bandes dessinées les histoires de harcèlement et de sexisme ordinaire. C’est pertinent, marrant, mais surtout tellement ahurissant de vérité. Un des dessins en exemple ci-dessous :

Projet Crocodiles

Pour revenir à vous bande de Trouducs, j’espère que certains d’entre vous liront cet article, se reconnaîtront et deviendront des vrais hommes. A savoir, des hommes respectueux, qui savent séduire une femme en toute intelligence et être capable d’attendre qu’elle désire qu’on leur touche le cul avant de s’en donner le droit. On m’a appris petite qu’une grenouille pouvait se transformer en prince charmant, alors je garde espoir qu’un Trouduc devienne un jour un Homme.

En attendant ce jour…

Fuck you gif desculottees

LadyShagass
Nietzsche et Mme Bovary sont mes parents, Don Juan est mon premier amour. C’était mal barré. Les chiennes ne font pas les chattes.

Un commentaire

  1. C’est malheureusement un phénomène très significatif de la violence du monde d’aujourd’hui. Dans ces campagnes contre le harcèlement de rue, il n’y a qu’un élément qui me gêne : le fait de tout focaliser sur un point, comme si quelque part cela sous-entendait qu’hormis cela la société allait globalement bien. Alors que c’est prendre un peu le phénomène à l’envers : c’est parce que la société va mal que ces faits se produisent (sans que cette explication ne soit en aucun cas une excuse pour les fautifs). C’est un peu comme les campagnes contre l’antisémitisme. Le souci n’est pas dans l’absolu l’antisémitisme mais le manque d’ouverture au sens large du terme, de même que le souci n’est pas dans l’absolu le sexisme mais l’incompréhension entre hommes et femmes au sens large du terme, de même que la violence du monde ambiant.

    Heureusement ceci dit, je constate qu’à Paris bien des filles ne tiennent pas compte de ces hommes tentant de leur imposer quelque tenue vestimentaire que ce soit 🙂

Répondre