Les sexpertsPorno timeSexy interviews

Le Tag Parfait : la culture porn sans tabou

interview_gonzo_tag_parfaitGonzo

Son blaze c’est Gonzo, son site Le Tag Parfait. Depuis 2010, Stephen des Aulnois (de son vrai nom) nous raconte la culture porn sans tabou et sans se prendre au sérieux. Actus porn, reportages, interviews d’actrices porno… pas de limites ici, on aime le porn et on ne s’en cache pas. Il a accepté une petite interview à la cool pour Desculottées. Alors dis-moi Gonzo, c’est quoi… 

L’histoire du Tag Parfait ?

La version courte et drôle, c’est des personnes autour d’une table en train de boire des bières qui lancent un blog sur le porno comme si on lançait un blog de musique. La version un peu plus longue, c’est un concours de circonstances : l’arrivée d’une grammaire porno qui devient une culture porno, la découverte d’un autre porno aux Etats-Unis, le fait d’avoir grandi avec et de ne pas avoir de complexes à en parler. Puis, l’envie de parler d’un sujet qui n’avait jamais été traité comme ça en France.

 La culture porn ?

Ce sont les références et valeurs communes aux gens qui ont grandi avec le porno sur Internet. C’est également le fait d’intégrer la culture porn dans la culture web et la culture pop, de mixer tout ça de manière totalement décomplexée.

Le Bon Fap ?

Le Bon Fap, c’est une sélection par nos soins des meilleures vidéos qu’on trouve sur les tubes porno (Petite définition au cas où : “tube porno” = site de streaming de films pornos, visionnables gratuitement, NDLR). Celles qu’on estime les plus excitantes tout en étant légales. Sur les tubes, la grande partie du contenu est volé, mais il existe aussi pas mal de vidéos, des extraits souvent assez longs envoyés par les studios pour se faire de la pub. On se base sur ces vidéos, ainsi que celles envoyées par des vrais amateurs. C’est donc une nouvelle façon de consommer du porno, plus proche des attentes et d’une certaine manière éthique.

La différence entre Le Bon Fap et un “tube” ?

On est pas vraiment un tube puisqu’on n’héberge pas les vidéos et personne ne peut en uploader chez nous. La grosse différence, c’est surtout que tout le contenu est éditorialisé et sélectionné. L’idée est de faire le travail de recherche à la place des gens, leur apporter de la qualité sans avoir besoin de fouiller dans toute la masse de vidéos souvent de très mauvaises qualités qu’on retrouve sur les tubes.

Le-Bon-Fap-Gonzo-Desculottées
Copie d’écran du site Le Bon Fap

Le profil des “tagueuses parfaites” sur ton site ?

Elles ont entre 18 et 30 ans, un profil plutôt étudiantes, avec un rapport décomplexé et assumé au porn. C’est souvent (mais difficile de généraliser), des filles qui ont connu uniquement le porno du tube, elles n’ont pas forcement le même rapport au porno. C’est assez intéressant de voir comment elles se sont appropriées le “porno masculin” et ses codes. Je m’étonne toujours de voir des filles regarder des POV avec le regard d’un homme, cette capacité d’abstraction et de projection est assez magique pour moi (et riche au final).

Ta vision du porno féminin ?

Déjà je n’aime et ne comprends pas le terme de “porno pour femme”, donc je suis bien plus sensible au “porno féminin”. Ma vision serait à l’image du “porno masculin”, un porn qui sexualise l’homme comme on a pu sexualiser la femme. Ca peut paraître idiot, mais si on réfléchit bien, en dehors du porno gay (homme) on ne sait pas faire ou peu de personnes se sont vraiment posées la question (à part Dana Vespoli ou Bobbi Starr peut-être). J’ai envie de voir un POV féminin où un homme est un objet de désir : comment il doit se comporter, comment il doit être pour exciter une femme .

Ton plus beau souvenir porno ?

Mes plus beaux souvenirs (car j’aurais du mal à en garder qu’un seul), ce sont ces pornos qui ont tellement de tensions en eux, que tu as un rire nerveux devant ton écran, comme si tout ça était trop réel. On ne tombe pas tout le temps dessus, mais généralement tu sais dès le début que ça va être fou. Je passe mon temps à en chercher, c’est un peu ma quête du soir devant les tubes. Sinon un beau souvenir récent, c’est la première fois qu’Amarna Miller m’a susurré à l’oreille “I want to fuck you” dans un porn en réalité virtuelle.

La prochaine porn révolution ?

C’est sans conteste la réalité virtuelle (qu’on devrait plutôt appeler porno immersif). Avant que ce soit un standard et que tout le monde puisse y goûter avec satisfaction, il va falloir attendre encore quelques temps. Mais d’ici 2017-2018, ça devrait prendre de l’ampleur. J’y crois beaucoup, c’est pour moi une continuité logique au porno gonzo qui est déjà d’une certaine manière immersif (ils sont très souvent filmés en POV). Par contre, si je me suis trompé et que ça foire, je serai très triste.

Un monde où le porno n’existerait plus ?

On ne peut pas interdire notre imagination, donc on ne peut pas interdire totalement le porno. Sinon ça serait un monde avec moins de plaisir et de liberté, un monde assez triste.

Pour tout savoir sur l’actu porn, rendez-vous sur : Le Tag Parfait, mais aussi sur Facebook et Twitter  

Répondre