CULturePorno time

Erika Lust brise le tabou du sexe pendant les règles

sexe pendant les règles

Depuis le temps que je songe à regarder un film porno féminin réalisé par une femme, ça y’est le cap a été franchi ! Parmi les noms de réalisatrices qui m’ont souvent été recommandés, il y avait celui d’Erika Lust. Son court-métrage Can Vampires Smell My Period (traduction: Les vampires peuvent-ils sentir mes règles) est mon premier pas dans le porno féminin et brise le tabou du sexe pendant les règles.

Vampires, sexualité et sang des règles

On est en période d’Halloween et comme toujours durant cette fête de la peur, les vampires seront de sortie parmi les costumes les plus appréciés. Les vampires, ce sont vraiment des créatures fascinantes. Des êtres obscurs, déjà morts mais qui ne peuvent vivre que la nuit sous risque de (réellement) mourir si la lumière du jour les touche (ne pas chercher à comprendre…). Ils sont glacials mais ont le sang super chaud ! En effet, dans les séries de ma jeunesse, comme Buffy contre les vampires ou True Blood, les vampires finissent toujours par se taper le personnage principal, toujours représenté par une petite blonde menue à l’apparence plutôt virginale, mais qui cache bien évidemment une vraie cochonne (on ne se demande pas si les réalisateurs sont des hommes). Les vampires sont magnétiques, séducteurs, et deviennent irrésistibles alors même que leur présence est liée à la mort. Ils promettent la mort et les femmes leur offrent leur corps malgré tout. L’écrivain Georges Bataille n’a-t-il pas surnommé l’orgasme “la petite mort” ? Elles sont éperdument tentées de sentir les crocs mordre leur chair, la bouche sucer leur sang et d’être rendues parfaitement inoffensives et soumises à ce plaisir.

copie d'écran film porno erika lust
Copie d’écran du film Can Vampires Smell My Blood. Erika Lust©

Les vampires sont attirés par l’odeur du sang,  ce breuvage vital qui les maintient en vie. Les vampires peuvent-ils donc dans ce cas sentir l’odeur des règles ? J’adore cette interrogation en titre du film, et me demande même pourquoi je ne me suis jamais posée cette question. Cette question fait parfaitement sens, car s’ils ont l’habitude de sentir le sang à distance pour repérer une proie, bien sûr qu’ils doivent être en mesure de sentir les règles d’une femme. Nous saignons tous les mois et pourtant aucun réalisateur n’a jamais osé mettre en image le plaisir d’un vampire à se délecter du sang menstruel d’une femme. Pourtant, le sang des règles est la preuve que nous pouvons donner la vie, tandis que  les vampires boivent le sang pour conserver une forme de vie. Qu’y aurait-il de plus logique finalement pour un vampire que de siroter le sang des règles quand on y réfléchit bien ?

Des femmes conditionnées à ne pas aimer leurs règles

La réalisatrice de porno féminin Erika Lust brise un tabou en proposant un film dans lequel un vampire vient déguster le minou d’une femme qui a ses règles. Cette dernière présente automatiquement son cou au vampire, mais celui-ci se dirige entre ses jambes pour un cunnilingus sanglant et affamé. En tant que femme, on grandit souvent avec la honte d’avoir ses règles. On connaît toutes la hantise de la tâche de sang à travers les vêtements depuis la puberté. Cela me fait d’ailleurs penser à cette jeune femme qui avait posté une photo de tâche de sang sur Instagram et qui avait été censurée par le réseau social.

femmes avec règles sur instagram
La photo censurée. Instagram © Rupi Kaur

Par ailleurs, les publicités n’ont même pas la décence de mettre en scène les règles avec un minimum de réalisme quand elles veulent nous vendre des serviettes. Plutôt que de montrer un liquide rouge, elles vont préférer montrer un liquide bleu qui ressemble plus à du gel nettoyant pour vêtements qu’à nos règles. Ajoutons à cela, qu’entre femmes nous avons du mal à discuter sereinement de nos règles. Une fois, j’ai mentionné à une collègue un besoin urgent d’aller aux toilettes pour cause de règles, lui demandant de me remplacer durant mon absence. Plutôt que de recevoir un petit mot de solidarité féminine, j’ai plutôt eu droit à un air presque dégoûté et à cette harangue méprisante : “je ne demandais pas tant de détails”. J’ai non seulement été surprise, mais me suis aussi dit qu’on était sacrément mal barrées si aujourd’hui encore, il faut se sentir embarrassée de dire qu’on a ses règles à une autre nana !
Comme beaucoup de femmes, j’ai du mal à me sentir bien dans mon corps quand j’ai mes règles, mon esprit a été formaté pour associer cela à une forme d’impureté, mon corps en souffre par moments (même si je suis très loin d’avoir ce qu’on appelle des règles douloureuses) et durant mes quelques jours de menstruation, j’ai tendance à faire abstinence. Pourtant, ce sont nous les femmes qui pouvons et devons changer le regard que la société porte et que nous portons sur les règles.

Briser le tabou du sexe pendant les règles 

Le film porno d’Erika Lust ne m’a pas vraiment excité pour être honnête. Cependant, j’ai particulièrement aimé la scène de masturbation féminine,  car cela fait du bien de voir un porno dans lequel une jeune femme se touche de façon réaliste. Erika Lust filme d’une manière qui sublime le geste et le plaisir de la femme est au coeur du film. L’homme n’est présent dans le film que pour servir son plaisir à elle et tire son plaisir de la jouissance de la femme. Cela change clairement la donne par rapport au porno masculin de type gonzo auquel je suis plus habituée. Je ne saurais pas encore dire si mon cerveau est formaté à être excité au porno plus “masculin” ou si c’est juste ce film-là en particulier qui ne m’a pas fait vraiment d’effet. Promis, je regarderai d’autres films pornos féminins pour me faire mon avis et partager avec vous mes impressions plus en détail.

film porno feminin erika lust avec vampires qui sucent les règles
Copie d’écran du film Can Vampires Smell My Blood. Erika Lust©

En tout cas, je trouve cela génial de mettre en scène le sexe pendant les règles et de le montrer de manière esthétique et réaliste. Personnellement, en période de règles je suis chaude comme la braise comme un certain nombre de femmes, et pourtant je ne peux pas m’imaginer faire l’amour à ce moment-là. Est-ce juste une construction de la pensée influencée par la perception que m’a véhiculé la société ? Probablement. Le film Can Vampires Smell My Period d’Erika Lust déconstruit vraiment un tabou et rappelle que les règles sont juste le fruit de la nature. C’est finalement un moyen de célébrer la beauté, la sensualité et la puissance sexuelle féminine.

Si vous souhaitez voir le film porno Can Vampires Smell My Period, vous pouvez le regarder gratuitement jusqu’au 31 octobre ! Pour cela, il faut vous inscrire à la newsletter d’Erika Lust

Et vous, que pensez-vous du sexe pendant les règles ? N’hésitez pas à partager votre avis sur le sujet et sur ce film en commentaires !

4 commentaires

  1. Le sexe pendant les règles n’a jamais (pour autant que je me souvienne) été un tabou pour moi mais ça l’a été (ça l’est encore, mais moins souvent) pour nombreuses de mes partenaires. La première avec qui le tabou a sérieusement sauté, c’était Sarah (qui m’a inspiré cette micro-note amusante).
    Je pense que les mentalités évoluent (doucement), en tout cas dans la population sans doute un peu plus « libérée » que je fréquente, cela semble de moins en moins être gênant d’autant que la « technologie » s’améliore : coupes menstruelles ou tampons vaginaux rendent moins sanglant (pour ceux que ça gênent) les rapports sexuels.

    Bon, pour finir par un peu de mauvais goût, tout ça me fait penser à une vieille blague de cour de récré :
    Trois amis vampires se retrouvent dans un bar à vampire.
    Le premier commande :
    — Un grand verre de sang frais pour moi !
    Le suivant commande :
    – Pour moi aussi, un grand verre de sang frais !
    Le troisième à son tour :
    – Je vais prendre un grand bol d’eau chaude !
    Les deux amis le regarde avec incrédulité. Il sort un tampon usagé de sa poche et déclare :
    — Ce soir, je vais prendre une infusion.
    Rideau.

    1. Hahahaha je connaissais pas cette blague de très bon goût 🙂
      Oui, ça évolue petit à petit, mais c’est pas évident. On a tellement été éduquées par nos mères nous faisant comprendre que quand t’as tes règles, tu dois bien le cacher, c’est pas un moment propre etc… bref, moi je me souviens que si mes serviettes ensanglantées étaient trop visibles dans la poubelle de la salle de bain, je me prenais une réflexion maternelle de type “la prochaine fois, caches bien ta serviette au fond, car ce n’est pas bien si ton papa tombe dessus”. Bref, moi-même j’associe encore pas mal les règles à quelque chose d’assez impropre et j’aurais du mal à faire l’amour avec. Mais je crois que si un partenaire me montre qu’il s’en fout et me fait l’amour naturellement pendant mes règles, je n’y verrais aucun problème, car l’appel du sexe sera plus fort ! hahaha

      1. Ah la la ! Y a encore un sacré tabou. Je n’ai appris que mes filles avaient leur règles que par ma femme… Et alors que c’est moi qui fais les courses (et j’achète des trucs genre : déo, coton démaquillant, rasoir… pour elles), jamais il n’y avait sur la liste de « serviettes hygiéniques » ou autre.
        Je me demande comment je vais pouvoir leur parler de la coupe menstruelle (un truc que leur mère trouve sans doute berk) !

        1. Oui, pas étonnant. Les femmes sont encore très gênées de leurs règles et les jeunes filles c’est pire. Des siècles et des siècles de honte déversée sur nos pauvres esprits. Et puis t’imagines, demander à l’homme d’acheter des tampons à ses filles ? C’est comme lui dire, “regardes papa, je peux procréer”, c’est malsain quoi (dans leurs têtes hein)… Mais oui moi je me souviens que j’osais pas demander à mon père de m’en acheter, je demandais toujours à ma mère, ou c’est elle qui lui demandait d’aller en acheter. Je n’ai jamais parlé de ça avec mon père. Enfin bref… c’est fou que ça reste un tel tabou quand on y pense. C’est pour ça, mon compagnon, je lui parle ouvertement de mes règles, il a déjà vu à quoi ressemblait un tampon usagé, une culotte avec une fuite…lui ça lui permet de sortir du mystère, et moi ça me permet aussi d’accepter que c’est normal et que je ne suis pas une paria absolue quand j’ai mes règles, même si c’est vraiment une période que je n’aime pas physiquement. Bon courage à toi pour aborder le sujet de la coupe menstruelle, ça ne va pas être facile. Il faut aussi que la mère soit d’accord pour que tu en parles et ce n’est pas chose évidente…

Répondre