Photo d'un ex acteur porno gay

Témoignage : être acteur porno gay pendant un an

En discutant avec mon ami Mika, j’apprends qu’il a été acteur porno gay par le passé. Intriguée, je lui demande de m’en dire plus et c’est ainsi que nous nous sommes finalement retrouvés à faire cette interview, qui aura été ponctuée de beaucoup de rires comme vous pourrez le constater.

Comment tu t’es lancé dans le métier d’acteur porno gay ?

Faire du porno me traversait l’esprit depuis longtemps, mais je le voyais plutôt comme un fantasme. J’avais rempli plusieurs fois des formulaires d’inscription sur des sites de production sur Internet, sans jamais oser envoyer le dossier. Un jour, un ami qui bossait déjà comme acteur dans le milieu a partagé mon profil auprès d’un producteur . Ce dernier avait besoin d’un acteur remplaçant pour un film et c’est comme cela que je suis rentré dans le monde du porno gay pendant un an !

Pourquoi as-tu décidé d’arrêter après cette année ? 

J’ai arrêté parce que je manquais cruellement de confiance en moi. Je n’avais que 18 ans, pas beaucoup d’expérience de la vie (en tout cas bien moins que maintenant) et donc il n’était pas évident pour moi d’assumer les conséquences d’être devenu acteur porno gay. Que ce soit dans le milieu gay, auprès de la famille ou des amis, c’est quelque chose qu’il faut être prêt à assumer, et avec le jeune âge que j’avais et ma maturité de l’époque, je n’ai pas eu la force de continuer. J’ai regretté pendant longtemps, car quand je rencontrais un mec et lui racontais mon expérience dans le porno, ça arrivait qu’il me traite de pute, donc j’ai pris quelques mauvaises claques. Aujourd’hui, je me dis que j’aurais peut-être du continuer finalement.

Ah oui ? Qu’est-ce que tu aimais dans le fait d’être un acteur porno gay ? 

Tout d’abord, je suis un accro au cul (rires) ! En plus, il faut dire que les acteurs dans le cinéma porno gay sont rarement dégueulasses physiquement (rires) ! Donc pour moi, gagner de l’argent tout en faisant ce que j’aime, à savoir du sexe, je trouvais ça rentable ! Ce qui me bloquait, c’était vraiment le regard des autres, alors qu’aujourd’hui je m’en fous de ce qu’on peut penser de moi et des répercussions.

Comment se passait une journée-type de tournage pour toi ? 

Le matin, petit-déjeuner tous ensemble avec l’équipe de tournage. Ensuite, le producteur partage ses idées de scènes. Les personnes intéressées de jouer telle ou telle scène se proposent et en fonction le producteur avise. Si on tourne en studio, ensuite on se dirige vers le studio et c’est parti pour le tournage ! A la fin du tournage, retour à la villa. Généralement, la production tournait deux ou trois vidéos dans la journée.

Petite question qui m’intrigue : tous les acteurs pornos de films gays sont-ils gays ? 

Absolument pas ! Il y en a plusieurs qui sont hétéros mais “gays-curieux”. Dans ce cas-là, ils vont surtout avoir le rôle de l’actif (celui qui pénètre) et font souvent ça pour gagner plus d’argent. J’ai déjà tourné des scènes avec des hétéros et c’est vrai que c’est une façon d’être différente. Autant il y aura une forme de tendresse même avec le plus macho des homos, tu pourras lui rouler une pelle par exemple,  autant avec un hétéro tu le suces, il te cartonne et il s’en va (rires) !

ex acteur porno gay
Photo de Mika

Si tu devais partager ton meilleur et ton pire souvenir dans le porno, lesquels seraient-ils ? 

Mon plus beau souvenir est incontestablement le tournage d’un film à Marrakech, avec un acteur phare de la production. Ça reste un des meilleurs plans cul de ma vie (rires) !

Mon pire souvenir, c’est quand j’ai du tourner ma scène de casting avec mon pote. Me retrouver devant lui de cette manière, avec toutes ces lumières agressives autour et les caméras, ça m’a complètement tétanisé. J’ai absolument rien réussi à faire et impossible de bander (rires) ! En fait, pendant toute cette année où j’étais acteur porno gay, j’ai eu souvent du mal à gérer le stress, notamment à cause de mon manque de confiance en moi. Par conséquent, je n’arrivais jamais à jouir à la fin. J’utilisais donc toujours des pompes qu’on scotche sur le côté de la bite opposé à la caméra pour pouvoir simuler l’éjaculation.

Dirais-tu que cette expérience d’acteur porno gay a transformé ta sexualité ? 

Oui, car ça m’a libéré ! Je me suis ouvert à d’autres expériences et cela m’a aussi fait grandir. Sexuellement, j’ai pu assouvir tous mes désirs et fantasmes : des gangbangs, des partouzes, des plans cul en extérieur avec des inconnus etc… Je n’ai plus de fantasmes non réalisés et sais aussi parfaitement quels sont les trucs sexuels que je ne testerai jamais parce qu’ils sont trop hard pour moi. J’ai une meilleure conscience de ce qui me plaît ou non dans le sexe.

Quels sont selon toi les éléments pour réussir en tant qu’acteur porno gay ?

Avoir confiance en soi 

Il faut être conscient que c’est quelque chose qui reste toute ta vie et ne pas avoir peur du regard des autres, comme cela a été mon cas. Il y aura toujours quelqu’un pour te rappeler que tu as été acteur porno, que ce soit par jalousie ou pour toute autre raison et il faut être prêt à y faire face. Et surtout éviter de se comparer aux autres et de se créer des complexes.

Entretenir son corps 

Pour faire carrière, je pense qu’il faut entretenir son physique le plus possible. Généralement, la carrière se fait entre 18 et 30 ans (en tout cas dans la milieu gay) et passé 30 ans on va vraiment te demander d’être irréprochable physiquement.

Pouvoir jouer la comédie

Il faut être à l’aise devant la caméra, être capable de réciter un texte sans bégayer et de jouer. C’est aussi cela qui va créer l’excitation du spectateur.

Avoir une particularité 

Avoir une particularité, c’est le petit bonus qui peut faire la différence. Par exemple, avoir une énorme bite, une pratique sexuelle fétichiste, être entièrement tatoué etc… Ça me fait penser à cet acteur porno qui a deux pénis ! (NDLR : Il sort son téléphone et me montre une vidéo. Et je n’en crois pas mes yeux, le mec a vraiment deux pénis ! C’est plutôt déroutant et pas du tout excitant de mon point de vue…)

Quitte à ne pas refaire du porno, ça ne te tenterait pas de devenir camboy ? C’est quand même le truc tendance du moment les camgirls/camboys ! 

Ça m’a traversé l’esprit je dois dire ! Pourquoi pas me laisser tenter… mais quand j’aurai repris le sport alors (rires) ! Sinon, pourquoi pas essayer de la vidéo amateur avec des amis aussi. Je ne me ferme aucune porte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *