Parlons franculPorno time

Pourquoi j’ai arrêté de mater du porno gratuit

cover article porno gratuit

Triste constat : le porno gratuit en ligne est devenu super chiant. En tout cas, pour moi il est devenu tellement chiant que j’ai décidé de ne plus perdre mon temps à en regarder. C’est gratuit, il y a une offre importante, mais franchement la masturbation est un acte de plaisir trop délicieux pour gâcher ce moment en le comblant d’ennui.

4 raisons qui ont rendu le porno gratuit ennuyeux à mes yeux 

femme sui baille devant un ecran

Je me souviens, dans un de mes premiers articles du blog intitulé “pourquoi j’aime mater du porno” je vous expliquais les raisons pour lesquelles j’avais toujours apprécié le porno, et comment notre époque était bénie avec toute cette offre gratuite accessible depuis nos smartphones. Une des raisons principales de mon affection envers le porno et que j’ai souvent ressenti le besoin d’en regarder pour développer mon imaginaire masturbatoire. J’avais besoin de ces images accessibles facilement et rapidement pour prendre mon pied en 10 minutes top chrono. Sauf qu’en fait avec le temps, les 10 minutes top chrono ont eu tendance à passer à 20 minutes, puis 30 minutes… Une fois qu’on a trouvé son/ses site(s) favori(s) parmi la liste conséquente de sites existants, il faut ensuite trouver la bonne vidéo. Quand c’est la première fois qu’on vient sur un site ou qu’on y va vraiment très très peu, cela n’est pas forcément bien difficile. On est un peu comme Ali Baba devant la Caverne des Voleurs, c’est le paradis du choix et on est prêts à tout prendre sans limites. Sauf qu’une fois qu’on a pris ses habitudes, qu’on a exploré plus d’une fois la caverne, qu’on a même créé son compte client avec ses vidéos favorites mises de côté… eh bien les plaisirs d’opulence des débuts finissent par laisser un goût amer d’overdose. J’ai fini par vomir le porno web. Quand j’en suis venue à aller sur un site, le regarder et le quitter instantanément prise d’un réel dégoût, je me suis demandée pourquoi j’en étais arrivée là. Moi qui aimais pourtant défendre l’intérêt de l’existence du porno et bénissais la chance de vivre dans une époque de contenus accessibles gratuitement. Après réflexion, voici les raisons qui m’ont fait arrêter de regarder du porno sur Internet :

1/Manque de renouvellement des vidéos

Je ne sais pas si c’est ainsi sur tous les tubes porno (tube = nom donné aux sites de streaming porno gratuit, en référence à Youtube), mais en tout cas sur ceux que j’affectionnais, je constate un gros manque de renouvellement des vidéos. Cela ne se voit pas à première vue évidemment, car le contenu de la page d’accueil est changeant. Cependant, vous n’êtes pas sans savoir qu’un site porno, on agit dessus comme on agit sur Google : on tape des mots-clés pour obtenir un résultat correspondant à nos recherches. Ayant mes préférences fantasmatiques comme chacun de nous, j’ai pris pour habitude de chercher directement le type de vidéos qui m’intéressait. Et c’est là que le bât blesse. Est-ce un hasard si je retrouve exactement les mêmes vidéos qui apparaissent dans mon flux depuis des mois – si ce n’est même des années que sais-je – ? J’aperçois rarement une nouvelle vidéo dans le flux et cela me donne l’impression d’être un mouton qui se contente toujours de regarder les mêmes choses tout le temps. J’ai beau enchaîner les tags, tenter d’y rajouter un adjectif pour avoir un peu plus de possibilités, rien n’y fait, tous les résultats me désolent. Au final, même des vidéos qui ne me disaient rien au départ, je vais finir par les regarder juste pour tenter de trouver un peu de nouveauté. Et dans l’extrême des cas, je vais essayer de tenter ma chance sur un autre site. Mais bon en conclusion, je suis face à une offre redondante et moi qui souhaite stimuler mon imagination sexuelle, c’est plutôt loupé dans ce contexte.

2/Manque de personnalisation

Ensuite, en tant que visiteuse régulière, j’ai pris la peine de créer un compte dans le but de pouvoir retrouver facilement des favoris. Si je souhaite de la nouveauté, je veux aussi pouvoir accéder facilement à des vidéos qui ont fait le job sans avoir à repasser dix ans à les retrouver. En faisant cela, je souhaite une masturbation vite fait bien fait , mais je me dis que ça va peut-être aussi servir à personnaliser mon expérience sur le site. Que nenni ! Je me dis que quand je me reconnecterai, je vais sûrement avoir une mise en avant automatique de vidéos proches de mes favoris par exemple. Loupé ! Alors bien sûr, si je clique sur une vidéo, je vais avoir des suggestions liées à la vidéo en cours. Mais cela arrive, que je sois connectée ou non. Peut-être que cela est spécifique à seulement quelques sites et que d’autres tubes porno travaillent plus l’aspect personnalisation. Je n’ai pas fait une étude approfondie de tous les sites de porno gratuit qui puisse me permettre de faire une généralisation. Cependant, je constate que sur les sites que j’avais pour habitude de visiter, cela est clairement un manque. En même temps quand on renouvelle peu voire pas le contenu de son site, comment peut-on réellement personnaliser l’offre ? Très rapidement, le visionneur va forcément se rendre compte que les mêmes contenus lui sont proposés.

3/Manque de (semblant de) contexte

Bon, on est tous d’accord pour dire qu’on ne visite pas un site porno pour voir un film d’auteur. Je suis d’avis qu’un film porno d’une heure ne sert à rien, car quand on entreprend d’en regarder un, ce n’est pas pour passer une heure à observer les scènes dans le moindre détail. C’est pour se toucher plus ou moins vite et bien. C’est d’ailleurs parce que les tubes proposent un ensemble de vidéos de petites scènes allant droit au but que ces sites sont bien pratiques pour l’exercice masturbatoire. Le problème c’est qu’à un moment donné, ça devient super lassant. Les vidéos qui se contentent de montrer une chatte en gros plan, puis une fellation, puis une éjaculation, c’est cool mais ça saoule. Et ça saoule parce qu’aucun travail n’est fait pour stimuler l’imagination. On ne nous propose pas d’imaginer, on ne nous donne pas le temps de s’identifier aux situations, on nous propose juste de consommer passivement, de nous branler et ciao à la prochaine. On a tous blagué en soirée sur l’histoire”du plombier qui vient régler les problèmes du tuyau” ou de “la maîtresse qui va punir le méchant élève”. Ces mythes collectifs qui façonnent notre imaginaire porno n’ont même plus vraiment lieu d’être aujourd’hui. Ce qui est marrant et excitant dans la scène du plombier, c’est aussi de voir tout l’avant fornication. L’arrivée du plombier, le jeu d’acteurs grossier où chacun prétend faussement qu’il n’y aura pas de sexe tout en faisant tout pour qu’il y en ait etc… mais justement ces scènes ridicules participent à l’imaginaire sexuel, à l’excitation des sens et à l’envie de prendre sa main et la mettre dans sa culotte. Quand on a accès direct à la scène de coït sans ces préliminaires de narration, on ne prend plus le temps de laisser monter le plaisir, de patienter jusqu’au moment fatidique. On consomme et on zappe, incessamment. Et consommer cela, c’est aussi passer le message aux réalisateurs professionnels et amateurs qu’ils n’ont pas besoin de faire des efforts d’écriture. Il suffit d’une chatte et d’une bite, de les rentrer l’un dans l’autre et le tour est joué. Vu le succès des tubes cela est en grande partie vrai, mais je me demande à quel point ma lassitude envers ce système est l’exception qui confirme la règle.

4/Manque d’émotion / créativité

femme qui s'ennuie devant l'ordi

Finalement, le manque de créativité du porno gratuit est la suite logique des éléments précédents. A mes yeux, les catégories sont juste devenues un simulacre de choix. Toutes les vidéos se ressemblent. Je me rends compte que les vidéos qui me faisaient de l’effet avant ne m’en font plus du tout. Je recherche une stimulation que je ne retrouve dans aucune vidéo. Moi qui regardais des scènes porno pour stimuler mon imagination, je me rends compte qu’elles la tuent complètement. Au final, si l’envie me prend de m’adonner à la masturbation, je préfère désormais faire confiance à ma propre imagination sans aide d’aucune vidéo pornographique. A la limite, je préfère regarder des photos pour m’exciter, car c’est mon esprit qui leur donne vie, qui invente le scénario de mon souhait. A force de rendre l’industrie pornographie si peu innovante, les protagonistes des films finissent par perdre totalement leur humanité également. On s’attache moins à une actrice ou un acteur, on se contente juste de mater la scène et next on a déjà oublié. Je trouve qu’il peut y avoir une relation intime à l’image, on peut avoir l’envie de vivre un moment sexuel particulier en regardant un film qui nous excite. J’apprécie quand j’ai vu un film et que quelques jours après, dans un moment libidineux, j’y repense et cela me donne potentiellement envie de me caresser ou de le revoir. J’imagine que c’est aussi cela qui a participé à rendre mythiques certaines actrices comme l’ex-Katsuni par exemple. Savoir mettre en avant des actrices, véhiculer un imaginaire autour d’elles, créer des histoires pour leur donner plus de vie, c’est aussi ce qui rend le porno intéressant et les scènes de coït d’autant plus percutantes. Je pense d’ailleurs que le porno amateur brille sur ces sites, justement parce que dans cet amas de mini-scènes sans âme, il offre malgré tout un sentiment d’authenticité. C’est plus simple de s’imaginer baiser la girls next door qu’une actrice pro qui semble inaccessible.

Le porno féminin comme solution ?

femme realisatrice de films

Vous rétorquerez sûrement que c’est mon côté féminin qui ressort, mais je ne pense pas qu’il s’agisse uniquement de cela. J’ai toujours consommé et apprécié le porno mainstream avec satisfaction, sans réelle considération sur le sexisme flagrant qui y règne pourtant en maître. J’ai toujours pris le porno pour ce qu’il est, un défouloir sexuel à unique but masturbatoire. Cependant, je trouve que les sites de porno gratuit finissent par vraiment nous prendre pour des cons. Je ne doute pas qu’ils continuent à satisfaire le plus grand nombre et qu’ils continueront à faire plaisir à de nombreuses personnes. Sûrement que je finirai par céder de nouveau à la tentation un jour moi-même. Néanmoins, je commence à me dire que la réalité virtuelle, les camgirls ou encore les sex dolls ont un bel avenir devant eux. Pour moi, ils ont tous les trois le point commun important d’offrir plus de champ libre à l’imagination. Je trouve l’imagination sexuelle super importante, que ce soit dans la relation de couple ou dans la relation avec sa main ! Ça permet de stimuler le désir et aussi de mieux connaître ses propres fantasmes.

J’imagine que les films payants proposent un cinéma porno un peu plus travaillé que les scènes gonzo qu’on trouve gratuitement partout sur le web. Cependant, j’ai vraiment beaucoup de mal à m’imaginer payer pour regarder un film de cul. Etant de cette génération ingrate qui veut tout obtenir gratuitement, je ne me sens vraiment pas de dépenser de l’argent pour ce type de contenus. Ou alors, il faudrait vraiment qu’il y ait un site de streaming qui propose une telle valeur ajoutée que je me dise “ok, ça vaut le coup de casser le portefeuille, parce que c’est vraiment au -dessus des autres services”. Un peu comme quand je me suis mise à payer Spotify premium parce que je trouvais ça vraiment trop bien et que je ne pouvais plus m’en passer. Si vous avez des suggestions pour que j’aille y jeter un œil, ça m’intéresse de découvrir !

Lorsque j’ai découvert le projet New Levels Of Pornography ou encore le cours-métrage Can Vampires Smell My Period d’Erika Lust, je me suis dit “ah ouais, là on a clairement un genre de porno totalement différent, c’est cool !”. Et c’est vrai qu’il y a une sensibilité féminine qui est très clairement palpable et visible. La montée de l’excitation est progressive, on a le temps de s’identifier à l’actrice en tant que femme, l’homme est vraiment un donneur de plaisir et non pas juste une bête sauvage qui se rue sur ton corps sans empathie. Je ne regarde pourtant pas encore de porno féminin de façon assidue, ce qui est sûrement du d’abord à ma difficulté à payer pour du contenu pornographique. Néanmoins, maintenant que j’ai totalement arrêté de traîner sur les sites mainstream, je serai sûrement bien plus curieuse d’explorer de nouveaux territoires pornographiques et vais sûrement m’y intéresser beaucoup plus. Je me suis inscrite à la newsletter du site d’Erika Lust, ce qui m’a permis de visionner gratuitement le court-métrage “Eat with Me” qui dure environ 11 minutes. Le moment pré acte sexuel est très court, mais pourtant la façon de filmer permet de créer déjà une atmosphère et invite à rentrer dans l’environnement, à se mettre dans le bain. Ensuite, tout le reste du film  n’est que sexe entre les deux personnages. Je ne vais pas rentrer ici dans une analyse complète de ce que j’ai vu ou ressenti, mais clairement il y a une volonté d’écriture et de scénarisation différente du porno gratuit mainstream. Ca tente plus d’être proche du réel. Mais est-ce réellement ce qu’on demande au porno ? La question se pose, car typiquement je n’ai absolument pas réussi à être excitée, bien que j’aie vraiment adoré le travail effectué. Peut-être ai-je besoin d’éduquer mon esprit à s’habituer à ces nouveaux codes pornographiques. En tout cas, j’ai super apprécié le fait que l’acteur soit beau, de type boy next door, et autant présent à la caméra que l’actrice. J’ai vraiment eu la sensation de regarder un vrai couple faire l’amour, bien que cela restait un peu trop singé à mon goût. Un point cool à noter, Erika Lust s’inspire de fantasmes qu’elle reçoit des internautes pour créer ses courts-métrages. Peut-être que le futur porno qui me redonnera l’envie d’en regarder sera un mix entre le mainstream et le porno féminin ? En tout cas, pour le moment, je vais ressortir mon sextoy Ina Wave et créer mes propres histoires dans mon cerveau à l’imagination infinie!

Et vous, que pensez-vous du porno gratuit sur Internet ? Constatez-vous le même ennui que moi quand vous en regardez ? N’hésitez pas à partager votre ressenti en commentaires !

3 commentaires

  1. Assez d’accord, sauf sur un point : je ne veux surtout pas de sentiments dans un porno, encore moins de vrais couples “faire l’amour”. Le porno d’aujourd’hui est l’équivalent de la chanson grivoise d’autrefois (la belle et les trois capitaines dans un champ de patates), à l’opposé de la chanson d’amour (la belle et le capitaine dans un champ de marguerites).

  2. “Elevé” au bon porno du début des années 80 avec les films de Michel Ricaud! Certains acteurs porno américains , notamment Dave Cummings!
    M’ont un peu réconciliés avec ces films.
    Mais alors le porno de maintenant! Une nullité à ch….
    Heu pardon à jeter!
    Les films de l’espagnol Torbes avaient semble-t-il essayé de rivaliser avec certains acteurs porno US.
    Des ennuis judiciaires ont mis fin semblent-il à sa carrière
    C’est bien dommage!
    J’arrivais à bander devant certaines scènes!
    Mais pas au point d’éjaculer de plaisir comme devant les films de Ricaud!
    “Misère, misère”!
    Sexuelle
    Pourquoi t’acharnes-tu toujours autant sur ces pauvres gens!

Répondre