D’un côté du ring on a  Lou Doillon qui nous parle du féminisme de grand-mère, de l’autre côté du ring les strings de Beyoncé et Nicki Minaj. Des deux côtés, chacune se bat pour la même chose : le féminisme. Mais quel camp choisir ?

Féminisme de l’esprit VS féminisme du corps 

Dans une interview récente accordée au quotidien El Pais, Lou Doillon a vociféré contre des artistes comme Beyoncé et Nicki Minaj, qui selon elle sont vulgaires. A ses yeux, elles dégradent l’image de la femme et font régresser les combats pour lesquels les “vraies féministes” se sont battues. Pour la citer, “sa grand-mère a lutté pour autre chose que le droit de crâner en string”. Derrière cette phrase un peu choc, se cache en fait une symbolique intéressante. D’un côté, on a l’image de la grand-mère : figure maternelle, figure du passé, non sexualisée, vue ici comme sorte de caution de la sagesse, de la vérité. Et de l’autre le string : objet vicieux, rabaissant, sexuel, méprisable, salement moderne.

En une phrase, Lou Doillon résume une lutte entre deux visions du féminisme. Le premier, c’est le féminisme qui se positionne en frontal contre la domination masculine et son image objetisée de la femme. C’est lé féminisme qui dit : les femmes sont aussi sérieuses, valables que les hommes, ce ne sont pas des objets sexuels. Ce féminisme-là, c’est le féminisme que je qualifierais de “féminisme de l’esprit”. Ce qui importe d’abord, c’est de montrer qu’avec un corps de femme, on peut accomplir autant de choses qu’un homme. On peut voter, on peut retirer de l’argent à la banque seules, on peut accéder à des hautes fonctions “comme des hommes”. Nos esprits ne sont pas inférieurs sous prétexte qu’on a un corps différent de celui de l’homme. Tout pour montrer qu’une femme et un homme n’ont pas de différence. Le corps a d’ailleurs été utilisé pour accentuer les similarités homme-femme : coupes à la garçonne, port du pantalon par exemple, dans le but de prôner l’égalité des sexes.

gif nicki minaj

Le second, c’est le féminisme que j’appelle “madonnien”. C’est Madonna, Beyoncé, Nicki Minaj, Rihanna. C’est le féminisme du corps, qui utilise le corps comme une arme. C’est le féminisme qui revendique au contraire le droit d’être femme désirable, désirée et désirante tout en rejetant absolument la domination exclusivement masculine.  C’est le féminisme qui dit : oui mon corps est un objet de désir, mais c’est moi qui le décide. Si j’ai envie de montrer mon corps, c’est mon choix. Si j’ai envie que toi homme, tu me désires, je le décide. Si j’ai des désirs sexuels, je les assume et ne m’en cache pas. Et cela ne fait ni de moi une salope, ni ta chose, ni une soumise, et dans le pire des cas, c’est que je l’aurai voulu ainsi. C’est le féminisme qui en quelque sorte se sert des outils de domination des hommes pour les retourner contre eux et en tirer avantage.

Suis-je du côté obscur du féminisme ?

Alors voilà, moi qui ai toujours admiré le féminisme “madonnien”, en lisant les propos de Lou Doillon, je me suis interrogée. Oui c’est vrai, ces femmes jouent de leur corps, sont très sexualisées et le revendiquent. Est-ce que c’est un danger pour le féminisme comme Lou Doillon le pense ? Pour la citer encore : « Quand je vois Beyoncé chanter nue sous la douche en suppliant son copain de la prendre, je me dis : « On assiste à une catastrophe ». Et en plus, on me dit que je n’ai rien compris, que c’est vraiment une féministe parce que dans ses concerts, un écran énorme le dit. Mais c’est dangereux de croire que c’est cool. » A-t-elle raison en fait ? Est-ce qu’agir ainsi, mettre en avant une sexualité débridée et exhib, ne serait pas un moyen de se mettre soi-même sous le joug de la domination masculine ? Et puis, est-ce normal que je comprenne le féminisme “madonnien” autant que le féminisme “louien”, alors qu’ils sonnent comme totalement incompatibles dans les propos de Lou Doillon ? Suis-je en fait l’anti-féministe absolue ??

citation féministe de madonna

Je me suis vraiment dit pendant quelques minutes que j’avais un problème avec mon féminisme, qu’il était incohérent. Puis j’ai réfléchi longuement, et je me suis dit que non, je n’avais aucun problème. Le monde évolue, la société évolue, donc le féminisme aussi. Bien sûr que le féminisme de mamie a apporté des avancées considérables pour le statut de la femme. Grâce au féminisme de mamie, nous jouissons de droits que nous n’aurions peut-être pas sans cela. Et aujourd’hui encore, il ne faut pas négliger ou abandonner le féminisme de mamie. Mais le féminisme de Madonna, Beyoncé et leurs consoeurs, est également un bon féminisme. C’est le féminisme que je revendique sur ce blog, celui de la libre disposition de son corps de femme. Celui de la liberté d’être un être de désir autant qu’un homme. C’est le féminisme qui affirme que la domination sexuelle n’est pas juste un attribut masculin, qu’une femme peut jouer avec son corps comme elle l’entend, et pas seulement selon le désir de l’autre. Qu’il faut arrêter de penser qu’une femme qui revendique une sexualité libre est une salope, alors qu’un homme est un beau gosse. Ce féminisme que Lou Doillon voit comme dégradant pour la femme est en fait assez castrateur pour l’homme et nous place clairement sur un terrain d’égalité avec eux.

Libres de nos féminismes

Autre point qui m’a interpellé dans les propos de Lou Doillon : « Je suis la première qui peut foutre un mec dehors, parce que j’ai mon propre salaire, une maison à mon nom, et le droit d’élever mon fils seule. » C’est intéressant de dire cela pour appuyer une critique envers des femmes qui font exactement la même chose. En effet, Je n’ai pas la sensation qu’une Beyoncé ou une Nicki Minaj ait besoin d’un quelconque homme pour subvenir à leurs besoins au vu du pognon qu’elles amassent rien qu’en disant bonjour chaque matin, grâce à leur talent. Sans compter que dans un pays comme les US (et d’autres…), où être noire de peau est plus qu’un handicap, on ne peut que les féliciter d’en arriver là, de s’être imposées, et de montrer qu’on peut être femme, sexy, sexuelle et gagner sa vie en ayant autant de pouvoir qu’un homme. Et ceci sans venir d’une famille célèbre en plus, just saying…

Féminisme Beyoncé

Finalement, ce que moi j’en dis, c’est que ces deux féminismes combinés nous font beaucoup de bien à nous les femmes. Il ne faut pas qu’ils se regardent en ennemis, mais comme les jumeaux d’une même mère : la liberté des femmes de disposer d’elles-mêmes. Des deux côtés, la revendication première est l’égalité des sexes, seuls les moyens empruntés pour y parvenir diffèrent. L’adage dit “un esprit sain dans un corps sain”, signifiant que l’un ne peut être séparé de l’autre. Le féminisme ne doit pas non plus dissocier esprit et corps. Continuons d’agir pour être libres de penser et de disposer de nos corps comme bon nous semble. A quoi bon se tirer dans les pattes entre nous ? C’est en avançant ensemble main dans la main qu’on continuera d’avancer tout court.

Et vous, que pensez-vous de ces différents féminismes ? 

Les chiennes ne font pas les chattes. J'oscille entre les deux.