Dans les relations dites BDSM, il y a plusieurs cas de figures. Parmi ces cas, il y a les maîtresses SM professionnelles. Leur rôle : dominer sexuellement des hommes prêts à payer pour ce fantasme. C’est le cas de Maîtresse Ash qui a accepté de partager son expérience de maîtresse SM professionnelle. 

Depuis combien de temps es-tu maîtresse SM ?

Ca fait 6 ans maintenant que je suis maîtresse SM. A 20 ans, en comprenant que grâce à la domination je pouvais faire ce que je veux d’un homme, la question ne se posait pas. Je n’ai pas “souhaité” être maîtresse SM c’est venu naturellement.

Quel type de relation D/S as-tu ? 

J’ai plusieurs soumis avec qui j’ai une relation D/s mais aussi amicale. Je sais qu’ils ne me lâcheront jamais et je ne les lâcherai jamais non plus. Je ne ressens aucun sentiment amoureux a l’égard de mes soumis et ne suis pas non plus en couple avec l’un d’eux. J’en ai quatre à ma disposition. Mes soumis passent le week-end chez moi parfois, dorment par terre, font le ménage, préparent à manger, et me laissent disposer de leurs corps quand je veux.

Certaines maîtresses font payer leurs prestations. Comment expliques-tu que des hommes soient prêts à payer une femme pour se faire dominer ?

Je fais moi-même payer mes prestations et je trouve cela normal. Pourquoi ? Tout d’abord, car les jouets utilisés (fouet, cravache, martinet, pinces, godes) coûtent relativement cher. Le matériel a un coût et à quoi ressemblerait une séance avec uniquement un fouet ?
En ce qui concerne les hommes qui paient, il faut savoir qu’une grande partie sont des cadres supérieurs, des directeurs, des hommes plutôt dominants dans leurs boulots. Ce que j’ai pu entendre fréquemment : “à force de dominer dans mon boulot tous les jours, j’ai envie de lâcher prise et de me laisser diriger”. Ils payent, parce que cela est une vie/personnalité cachée à leurs compagnes.

Que ressens-tu et qu’aimes-tu lorsque tu domines un homme ?

J’aime le pouvoir et le contrôle, tout en respectant les limites du soumis. Mais je dois aussi l’aider en quelques sorte à franchir ses limites pour aller encore plus loin au fil des séances. J’aime voir mes soumis souffrir autant physiquement que psychologiquement, me supplier d’arrêter.

Quand je pense dominatrice, j’imagine de suite une femme en talons hauts et vêtue de cuir. Le travail sur le look est-il indispensable à une maîtresse ?

Oui, le look est/était important. Je dis “étais”, parce qu’aujourd’hui j’ai la chance de pouvoir dominer en short/débardeur ou même en pyjama. Les hommes viennent CHEZ MOI, c’est donc MOI qui décide de comment m’habiller. La domination est un jeu à mes yeux, donc même si un soumis me demande de m’habiller en cuir, je ne le ferai pas dans le but de le frustrer, ou le ferai juste a la fin de la séance. Dans ce monde-là, il faut s’imposer et sortir du lot sinon on reste inconnue. Le cuir et le vinyle restent bien sûr le fantasme de beaucoup d’hommes : une femme habillée comme cela, fouet en main, l’homme tête baissée… ah la la !
Le look est important, car il alimente le fantasme de l’autre.
Maîtresse d’école, infirmière, docteur…Tous pleins de scénarii sont possibles !

Quels sont tes objets préférés pour dominer ?

La roue à pics, le fouet, le paddle, aiguilles, barre d’immobilisation, cordes, et des talons aiguilles.

Que conseillerais-tu à une femme qui souhaiterait devenir dominatrice SM et ne sait pas comment s’y prendre ?

Soit on est dominatrice, soit on ne l’est pas, et un soumis expérimenté le sent tout de suite. Pour faire une séance de 1h30, il faut avoir des enchaînements d’idées a chaque fois, ce qui n’est pas toujours simple. Une femme qui ne sait pas comment s’y prendre, je lui conseillerais donc de ne pas se lancer là dedans ! Soumettre un homme demande de la patience, de l’investissement, des heures de dialogue, beaucoup d’amour. Les soumis obéissent certes, mais ils font eux aussi leurs crises de nerfs, de jalousie, parfois même ne donnent plus de nouvelles. Ils sont tous différents les uns des autres, il faut donc savoir s’adapter. Et surtout, il faut bien s’informer sur les pratiques, sur ce qui est dangereux ou pas !

En lire plus sur la sexualité BDSM

Pour lire le récit d’une soumise SM :
Au coeur d’une relation SM (1/2) : Céline Messine, la soumise

Pour lire le récit d’un maître SM :
Au coeur d’une relation SM (2/2) : le Maître