Faire l’amour la première fois est un événement plus ou moins marquant de la vie d’une femme et d’un homme. Pour la première fois, une personne s’approprie notre corps nu. Généralement, on dit que cela arrive en missionnaire. Mais dans mon cas, j’ai découvert l’amour en levrette.

Quand ton corps est en mode zone interdite

Cela faisait 7 mois que j’étais avec mon copain quand on a décidé de se jeter dans l’eau de la pénétration pour la première fois. Agés tous deux de 17 ans à l’époque, nous étions également tous deux puceaux, mais loin d’être “innocents” (car le sexe ne se résume pas qu’à la pénétration n’est-ce pas) ! Nous avions déjà une sexualité assez importante depuis le début de notre relation. Curieux et très excités, la pratique de la fellation, du cunnilingus et des deux réunis en position 69 n’avaient déjà plus beaucoup de secret pour nous !

Suite à une soirée chez des copains, nous voici rentrant chez moi (enfin chez mes parents…). Sentant le truc venir durant la soirée, j’avais anticipé en demandant à des copines si elles n’avaient pas une capote à me filer “au cas où quelque chose se passerait ce soir”. Mon sixième sens (ou mon envie) ne m’a pas trompé ! Une fois dans mon lit, on fricotte, on fricotte et au bout de quelques minutes, mon souffle se fait plus pressant, je sens son sexe durcir, il est temps… alors je sors timidement la capote et la lui donne. On se regarde et oui, on en a envie tous les deux. La tension est à son comble !

On se déshabille mutuellement avec une fougue tendre, on entame les premières caresses, puis il se met sur moi et là… c’est compliqué ! Son sexe se colle au mien, il tente son entrée fracassante et moi je me demande à quel point ça va me faire mal. Il commence à forcer son sexe contre le mien, mais voilà, ça ne veut pas rentrer, ou en tout cas ce n’est pas évident. Je meurs d’envie qu’il me pénètre, je n’attends que ça, je le désire trop, mais mon anticipation d’une possible douleur me fait sûrement trop contracter. Il m’embrasse pour me détendre, on se caresse, on retente… rien à faire ça ne marche pas, mon corps bloque et moi je commence à psychoter un peu plus sur la douleur à venir. Mais l’envie est plus forte que tout, je veux que ça rentre, je veux le sentir en moi ! Alors, je commence à penser à une alternative. Et si on tentait une autre position que le missionnaire ? Je me mets à visualiser une autre position, mais je me dis que ça ne se fait pas de proposer la levrette pour une première fois… Une seconde après ma pensée lubrique, la parole divine sort de sa bouche : “attends on va essayer autrement, ok ?”. Nos âmes étaient clairement connectées, hourra ! En deux secondes, me voici à quatre pattes sur mon lit et joyeuse qu’il ait eu la même idée que moi.

La levrette la plus romantique de ma vie 

Il m’embrasse le dos, me le caresse, m’attrape les hanches et… “Paf ! ça fait des Chocapic” (les vrai-es comprendront la référence) ! Un seul coup aura suffi pour qu’il pénètre (enfin) mon doux et chaleureux coquillage. Nous voici embarqués dans une danse suave et effrénée qui ne durera que quelques petites minutes (peut-être même secondes, je ne sais plus, mais bon la première fois c’est toujours comme ça non ?), mais qui m’apportera tout de même un plaisir inoubliable (et aucune douleur ou saignement). Plus qu’un plaisir orgasmique (en quelques secondes une première fois, c’est pas possible, faut pas déconner), j’apprécie le plaisir de la découverte des chairs qui se fondent et se confondent, la sensation d’appartenir à l’autre, les va-et-vient de son sexe en moi.

couple qui rit

Avoir fait l’amour la première fois en levrette est un peu particulier je vous l’accorde et peut sembler manquer de romantisme. Mais je dois vous admettre que je n’ai jamais été sentimentale à l’égard de la première fois. Je ne craignais pas ce moment, ni ne l’attendais comme un fort moment symbolique. Je voyais cela comme une étape de la vie à passer quand on se sent prête. Alors quand j’ai senti le désir en moi de passer à l’acte, je voulais le vivre et apprécier le moment, sans m’attendre à vivre un conte de fées qui me bouleverserait à jamais (j’ai jamais cru aux contes de fées de toute façon). Il est fort probable que ma vision peu mielleuse du sexe ait été influencée à ce moment-là par ma consommation assez précoce de porno. A la fin de nos ébats, nous nous sommes regardés et avons été pris d’un fou rire pendant plusieurs minutes en réalisant ce que nous venions de faire. Puis nous nous sommes pris dans les bras amoureusement et nous sommes endormis. Un superbe moment de plaisir et de complicité, qui fait de cette première levrette, la levrette la plus mémorable et romantique de ma vie. Des années après, on rit toujours de ce souvenir, on aime toujours autant la levrette ensemble et je me suis trompée… finalement ma première fois m’a belle et bien bouleversée à jamais !

Et vous, comment s’était passée votre première fois ? Racontez votre histoire en commentaires !

Les chiennes ne font pas les chattes. J'oscille entre les deux.