“Baby couple”, c’est le nom qu’on donne aux couples comme le mien. Des couples longue durée qui se sont formés à l’adolescence. Dans une société où même l’amour se consomme et se choisit d’un glissement de doigt, les baby couple apparaissent un peu comme des ovnis. 

Si t’es dans un baby couple, t’as gâché ta jeunesse !

jeune couple sur son smartphone

Je suis en couple depuis mes 16 ans, j’en ai 26 aujourd’hui. Quand une telle situation arrive, tout s’accorde autour de toi pour créer le doute en toi, en plus de tes potentiels doutes personnels.  Une question rôde sur toutes les lèvres de ton entourage : est-ce que tu te rends compte que t’es en train de gâcher ta jeunesse ? Parce qu’apparemment, il semblerait qu’il n’y ait qu’un seul stéréotype de jeunesse acceptable dans nos sociétés. En gros, si à 25 ans t’as pas encore baisé tout Tinder, t’as gâché ta vie. Il est vrai que le schéma de beaucoup de personnes de nos jours est d’avoir une vie frivole jusqu’à 25-30 ans, puis de se marier, faire des enfants et avoir une vie fidèle et tranquille. Et il est vrai, qu’influencée toi-même par ce schéma, tu finis par te demander si être tombée amoureuse si jeune, ce n’est pas la plus grosse connerie de ta vie ! Bon, si les choses étaient si simples, ça se saurait hein… On en oublierait presque que tomber amoureux ne se commande pas. On en viendrait presque à se dire qu’il y a un âge recommandé pour s’aimer en couple et des âges interdits pour cela. Il est difficile de ne pas céder à la panique, de ne pas se sentir emprisonné en voyant ses amis vivre de multiples expériences. Pourtant, il n’y a pas de règles en amour. Quand l’amour est là, il est impensable et inutile de mettre le holà sur une histoire d’amour qui fonctionne juste pour vouloir répondre à une image fausse de ce que doit être ou ne pas être une jeunesse fantasmée. Toute belle relation d’amour vaut la peine d’être vécue, tant qu’elle rend heureux, quel que soit l’âge où elle commence. Ca parait neu-neu, mais parfois il est bon de se rappeler le neu-neu !

Apprendre à grandir à deux en amoureux

selfie d'un jeune baby couple

Pour moi, une grande différence entre un baby couple et les autres couples, c’est que justement on passe ensemble de “bébé couple” à “couple adulte”. Tu connais ton chéri au lycée, avec ses trois poils qui se battent en duel sur le menton et le torse, et toi tu t’acceptes encore à peine en tant que jeune fille sexuée. Souvent, toutes tes premières fois ont été avec cette personne : premier baiser, première nuit d’amour (cf : ma première fois en levrette), premier voyage en amoureux etc…  Et puis un jour, tu le regardes et il n’y a plus trois poils au menton mais une bonne grosse barbe, vous avez l’habitude des beaux-parents respectifs et vous commencez à penser un futur ensemble dans un appart et peut-être un jour avec des enfants… Il n’y a rien de plus beau et terrifiant à la fois que de se voir grandir ensemble dans une relation de couple. Une des difficultés est de réussir à faire évoluer la relation, de passer d’une relation adolescente, à une relation adulescente, puis à une relation adulte (aïe aïe, pour le coup j’ai pas encore franchi cette dernière étape !). Et toutes ces étapes sont à passer, en espérant que les envies de l’un et de l’autre, que les choix de vie continuent de concorder. Mais quand on y réfléchit bien, ceci est valable pour tout type de couple n’est-ce pas ?

Et sexuellement alors, c’est pas lassant à force ?

baby couple qui s'embrasse

Sur le plan sexuel, dans un baby couple, on apprend la sexualité et fait évoluer sa sexualité ensemble. Il y a quelque chose finalement d’assez attendrissant là-dedans. En revanche, c’est sûr qu’à l’âge des hormones en folie, des plans cul sans lendemain et du non-engagement, on se retrouve limité en termes de découverte d’autres corps, si on est dans une relation exclusive. On perd le plaisir de la découverte de corps différents, mais d’un autre côté, on apprend tôt à connaître sous tous ses aspects le corps d’un autre. Il est nécessaire donc de travailler à entretenir le désir au sein du couple autant que faire se peut. Surtout que lorsqu’on est étudiants, il n’est pas forcément rare de devoir résister à la distance à cause des études. Ce qui fut le cas de mon couple à plusieurs reprises : tout d’abord, l’un à l’est de la région parisienne et l’autre à l’ouest, puis l’un à Paris et l’autre dans le sud-ouest de la France, puis l’un à Paris et l’autre dans le sud-est de la France. Il a donc fallu apprendre à entretenir le désir l’un pour l’autre même à distance. Il faut tester de nouvelles pratiques, découvrir chacun les limites sexuelles de l’autre, les affranchir ensemble, explorer ensemble ses fantasmes… et ne surtout pas se laisser aller au sentiment que l’autre nous est acquis pour la vie sans effort. Mais encore une fois, ceci est valable pour tout type de couple aussi finalement !

Etre dans un baby couple a un aspect assez flippant, surtout quand on a pas mal peur de l’engagement comme moi (un sujet que j’aborderai sûrement avec vous dans le futur 🙂 ). On se sent un peu hors de son temps (car n’oublions pas que du temps de nos grands-parents, c’était plutôt une norme), on n’est pas hyper rassurés par le modèle de jeunesse épanouie que reflète la société et on angoisse d’une bombe à retardement dans le futur. Cependant, s’aimer dans un baby couple, c’est aussi connaître quelqu’un dans les moindres de ses travers, avoir été là à ses côtés à un âge où les personnalités se construisent, l’aimer comme un amant, un ami et un frère. C’est créer un lien très profond entre soi et cet autre qu’on a vu et qui nous a vu grandir à ses côtés. Au final, un baby couple est un couple de longue durée comme un autre, avec juste un certain temps d’avance !

Et vous, que pensez-vous des baby couples ? Y en a-t-il parmi vous qui vivent ou ont vécu ce type de relation ? N’hésitez pas à partager votre expérience en commentaires !

Les chiennes ne font pas les chattes. J'oscille entre les deux.