Où sortir ?

Atelier Art Q : parlons du clitoris

Art Q Clitoris

Mercredi dernier avait lieu le premier opus de l’Atelier Art Q, un atelier ludique autour de l’art et de l’érotisme avec des quizz, des interventions d’experts et des jeux à réaliser en équipe ! Pour cette première fois, le thème était le clitoris. Comment faire aimer son clitoris, comment en parler ouvertement ? Comment le faire connaître le plus largement possible par les hommes et les femmes ?

Cet événement fait partie des différentes animations proposées par Les Polissonneries, une série d’ateliers érotico-ludiques créés par Flore Cherry. Organisé par Vic Cabaret et le Marquis de la Guénoise, ce premier Atelier Art Q abordait un sujet passionnant et utile : l’influence de l’art dans la mise en lumière du clitoris et sa meilleure compréhension. J’y ai appris des petites choses intéressantes, comme par exemple le fait que la première représentation du clitoris datait de 1850. Au départ, le clergé pensait que le clitoris était utile pour la procréation, mais quand ils ont compris que c’était un organe uniquement dédié au plaisir, hop il a fallu absolument le cacher. On a donc tout fait pour faire croire qu’il n’existait pas. Associer les mots femme et plaisirs, vous imaginez l’infamie ! Grâce à l’ouvrage du photographe Hervé Cortinat, j’ai aussi appris qu’en latin le mot “Pudendum” fait référence aux parties génitales des deux sexes et signifie “chose honteuse”. Dis donc, on était mal barré pour aimer notre corps avec de telles origines étymologiques !

L’ambiance était bonne, détendue et décomplexée comme toujours lors de ces événements qui ont lieu le mercredi au bar Le 153 à Paris. On a commencé par un petit quiz de quatre questions autour du clitoris, avec à la clé deux places à gagner pour un cabaret. On a pu découvrir l’illustratrice érotique Rita Renoir, dont les dessins ont une sensualité sublime et dont je vous invite grandement à découvrir le compte Instagram. Chacun.e a pu s’adonner au plaisir de faire un concours de dessin de clitoris et de réalisation en pâte à sel. On en avait plein les doigts, mais on était content tout de même ! L’occasion pour la team de rédactrices du blog de montrer leurs talents d’artistes du clito et de s’amuser avec un petit clito imprimé avec une imprimante 3D.

Notre rédac' Lady Climax joue avec un clito 3D
Notre sexy rédac’ Lady Climax joue avec un clito 3D

Depuis quelques années, des artistes oeuvrent pour faire (re)connaître le clitoris, lui donner une vraie existence sur la place publique et surtout montrer à quoi il ressemble en vrai ! Aujourd’hui, un nombre important d’hommes et de femmes ont toujours du mal à en déterminer l’emplacement, ce qui est quand même regrettable. Pour l’anecdote :

statistiques sur le clitoris

Autant dire que si même les femmes ont du mal à le situer, il est plus que nécessaire d’en parler et de le montrer ! C’est non seulement un acte créatif pour les artistes, mais aussi éducatif et militant. Cet atelier Art Q avait pour but également de nous montrer que l’art peut être un excellent moyen de transmettre un savoir et une connaissance. Sortons de l’aspect uniquement clinique et biologique des parties génitales et voyons-y aussi leur beauté, leur fonction pour le corps et le désir. Il ne doit pas y avoir de honte à en parler ouvertement et c’est une partie du corps que chacune d’entre nous doit aimer et comprendre.

Non ce n’est pas juste une petite boule de plaisir discrète au sein de notre vulve. Ceci n’est que la partie émergée de cet iceberg de plaisir. Le clitoris est plus que ça et plutôt que de vous en faire de longues explications, je vous invite plutôt à regarder la super vidéo d’animation d’une Québecoise qui explique le clitoris.

En tout cas c’était une soirée bien sympathique et je vous invite à vous tenir au courant des prochains événements en suivant la page Facebook Les polissons.

Tatiana
Nietzsche et Mme Bovary sont mes parents, Don Juan est mon premier amour. C’était mal barré. Les chiennes ne font pas les chattes.

Répondre

Atelier Art Q : parlons du clitoris

Temps de lecture: 3 min