Parlons francul

Sexe anal : les hommes en parlent

statue grecque

Se laisser approcher l’anus peut être vu comme une forme de révolution sexuelle pour les hommes. Au même titre que nous, les femmes, tendons à assumer de plus en plus nos désirs les plus fous, le sexe anal longtemps considéré comme une pratique homosexuelle s’invite doucement dans les chambres des hommes hétérosexuels. Pourtant, la découverte du plaisir anal ne date pas d’hier et n’a rien d’une pratique réservée à une catégorie de personnes en particulier. Dans le Traité d’Aneros, le blogueur Adam du site Nouveaux Plaisirs explique que “le point G” des hommes se trouve justement dans l’anus : ça s’appelle la prostate (on parle donc “du point P”), qui est une glande située sous la vessie, en avant du rectum. Pour l’atteindre, il faut donc braver les convenances et oser introduire un doigt (plusieurs ?), une langue ou un objet afin de stimuler cette zone. Les orgasmes prostatiques seraient d’une force si puissante que les hommes qui y auraient goûté ne pourraient plus s’en passer !

Nous avons interrogé pour vous plusieurs membres de notre entourage de la gente masculine, hétéro, de  tout âge ou classe sociale sur le sujet. Certains nous ont confié leurs secrets assez facilement quand d’autres ont préféré répondre par messages, par pudeur. Beaucoup de participants nous ont dit de but en blanc que leurs fesses étaient une no-go-zone impénétrable. T.,32 ans en est un exemple probant « intimement convaincu que ce trou est réservé à un usage bien particulier, il est absolument hors de question que ma chérie ne s’égare par là-bas ». Mais en discutant de choses et d’autres (et parfois en servant un bon verre de vin), les langues se délient.

sexe anal

La découverte

C’est le cas de J., 26 ans, en couple aujourd’hui, qui raconte « un soir bourrés avec mon ex copine, on s’est laissé tenter à ce qu’elle me titille l’anus. J’ai adoré. Totalement désinhibé grâce aux effets de l’alcool, j’ai exploré mon corps et découvert une zone érotique encore inconnue jusqu’à présent. C’est comme ça que j’ai connu la meilleure fellation de toute ma vie ».

M.40 a quant à lui vécu une histoire extraconjugale avec une jeune femme beaucoup plus jeune que lui, mais à l’appétit sexuel gourmand. « Elle m’a réveillé. Elle vivait ses envies, me guidait complétement. Avec elle, je prenais claques sur claques (pas physiquement, mais en termes de découvertes sexuelles). C’est elle qui, un jour, a laissé glisser sa langue dans mes fesses, y a introduit des doigts. Jamais de ma vie je ne pensais que ca existait dans les relations hétéro, et encore moins qu’une jeune femme de son âge pratiquerait ce type de pratiques ». Depuis, M. a initié sa femme.

Ceux qui en rêvent

L. marié depuis 17 ans avec sa femme n’attend que ça ! Cependant, malgré une sexualité épanouie et de nombreux fantasmes assouvis avec sa belle, il n’a jamais réussi à la convaincre de s’aventurer par-là. « Je peux comprendre, c’est une zone d’ombre aussi pour moi. Mais je suis excité à l’idée de l’imaginer me faire découvrir cela ». Malgré cela, L. confie se sentir de plus en plus frustré par ce refus alors que lui ne se prive pas d’explorer sa femme sous toutes les coutures.

Ceux qui vont plus loin

J. interrogé précédemment, nous confie plus tard durant notre entretien que ses premières découvertes du plaisir anal l’ont conduit à passer au niveau supérieur avec son ancienne chérie, à savoir se faire sodomiser avec des sextoys. Il confie cependant qu’il n’a jamais osé réitérer l’expérience avec la personne avec qui il vit maintenant car selon lui « c’est un moment très fort que j’ai vécu avec elle, parce que c’était elle, parce que c’était ce moment ».

Et ceux qui n’aiment pas

Au même titre qu’une sodomie ratée pour une femme, X. a détesté sa première expérience de sexe anal. « J’avais l’impression qu’on écartait mes entrailles, que je faisais caca à l’envers quoi » ! Alors merci X. pour cette image, mais nous avons pensé que son témoignage avait aussi sa place dans notre article. L’appareil reproducteur masculin possède effectivement ce petit trésor appelé prostate, mais le chemin pour l’atteindre n’est pas forcément une partie de plaisir pour tous. Comme pour tout acte sexuel envers un homme ou une femme, il est bon de savoir préparer le terrain physiquement et psychologiquement, surtout quand il s’agit d’une pratique qui ne va pas forcément de soi pour une personne. Par ailleurs, le sexe anal nécessite également de prendre des précautions indispensables qu’Adam vous explique très bien dans son article Pourquoi doit-on se protéger pour le sexe anal ?

Le meilleur moyen de vous faire votre propre idée sur le sexe anal reste encore de tester ! Pour vous rafraîchir la mémoire et poursuivre sur ce sujet, nous vous invitons à relire également l’article Sodomie et préjugés.

Juliette
Je suis wedding planner le jour et vous parle de sexe la nuit. Les relations humaines me fascinent autant que la peinture et la philosophie, Juliette pour vous servir !

Répondre

Sexe anal : les hommes en parlent

Temps de lecture: 4 min