Où sortir ?

Nuit Dèmonia 2018 : retour d’expérience sur la plus grande soirée BDSM

nuit-demonia-RS-
C’était un 14 avril aussi banal qu’un autre, à une exception près, ce soir-là il fallait nous rendre à une soirée très spéciale, la Nuit Dèmonia. Cette nouvelle édition de la plus grande soirée fétichiste d’Europe, sur le thème des Contes de Fées, nous en a mis plein les yeux, plein les oreilles et nous a surtout beaucoup amusés. Un régal !

Une soirée fetish et festive

C’est la première fois que Desculottées se rendait à cet événement, pourtant déjà bien connu du monde du blogging sexo parisien, mais surtout des personnes ayant pour habitude de pratiquer une sexualité BDSM. En effet, cette soirée est organisée par la boutique fétichiste Dèmonia, située dans le 11è arrondissement de Paris.
nuit demonia conte de fees
Si la Nuit Dèmonia est une soirée où le dress-code obligatoire pour hommes et femmes ne laisse aucun doute sur la genèse de la soirée : latex, cuir, wetlook ou vinyle obligatoire pour le bas, c’est avant tout une soirée festive comme nous l’indiquait Miguel Dèmonia dans une précédente interview, un des organisateurs de la soirée et gérant de la boutique.
nuit demonia
C’est à trois que nous avons prévu d’aller à la soirée : moi, mon compagnon (qui a joué le rôle du photographe pour la soirée) et la rédactrice Lady Whip. Première étape nécessaire : trouver nos tenues. Pour cela, autant aller à la source, c’était parti pour une séance essayage chez Dèmonia quelques jours avant la soirée. Nous avons finalement eu un coup de coeur pour des tenues sexy, dans lesquelles nous avions hâte de déambuler by night. Pour ma part, une robe noire transparent effet tattoo, qui ne respectait pas vraiment le dress-code, mais pour m’assurer de jouer le jeu, j’ai également acheté un string vinyle noir, qui s’accordait bien avec mes cuissardes en cuir. Mon compagnon a bien porté un pantalon de cuir, qui d’ailleurs lui allait à ravir et Lady Whip a opté pour un très joli poom poom short taille haute en vinyle, avec un crop top noir, avez une zone transparente au niveau de la poitrine. Autant vous dire que pour cette soirée, nous avions des looks très softs. Mais Miguel nous avait prévénu, “pour votre première fois, vous serez nécessairement très softs comparés aux autres”. Je confirme.
Ci-dessous, une photo de nos tenues, que nous avons souhaité immortaliser lors d’une séance shooting avec mon photographe chouchou Olivier Parent.
Nuit Dèmonia
Ensuite, nous voici en train de pénétrer l’antre du Faust, la boîte de nuit réservée spécialement pour l’occasion. À peine entrés, on sent tout de suite que nous avons mis pied dans un autre univers. La musique punk-métal du DJ, les lumières rouges et surtout les différentes “créatures” qui déambulent devant nous, nous enivrent très rapidement. On se met alors à explorer les lieux. Nous commençons par percevoir une cage en plein milieu d’une pièce, assortie d’une croix de Saint-André, dans laquelle nous pouvons observer une session de Shibari.
Nuit demonia
Un peu plus loin, nous voyons un homme dans une cage, qui prend plaisir à se faire mettre la fessée par une femme dominatrice. On tourne le regard sur la gauche, et là nous voyons une table sur laquelle une femme vêtue est allongée. Un homme la “torture” délicieusement avec un sextoy, dans le but de nous offrir le spectacle de sa jouissance à venir. Alors qu’on en prend déjà plein les yeux, plus loin, je repère une femme accrochée à une croix de Saint-André, qui prend plaisir à se faire claquer les fesses et tirer les cheveux par sa Maîtresse. Au milieu de toutes ces situations, nous sommes nombreux à explorer, regarder, profiter, discuter, s’amuser, danser. L’ambiance est ultra détendue, respectueuse, on se sent en extrême sécurité et surtout on se sent bien. Nous avons déjà le tournis, mais l’ivresse est délicieuse. Dans la plus grande salle, l’ambiance est rouge, éclectique et un peu plus “furieuse”. Ca danse, ça attend au bar pour commander et la lumière étant plus vive, c’est l’occasion de remarquer encore plus de tenues incroyables. Certains ont joué le jeu jusqu’au bout et nous voyons passer Blanche-Neige,  Le Petit Chaperon Rouge ou encore Maléfique (qui, il me semble est une tenue qui a eu pas mal de succès, car je crois en avoir repéré plusieurs).
Nuit demonia
Nous avons comme l’impression d’être dans un lieu de vie où malgré les tenues parfois extravagantes, les efforts de maquillage voire le port de masques sur le visage, justement ce sont de vrais visages que nous rencontrons. Personne ne joue plus son rôle quotidien de serveur, de banquier, de directrice commerciale ou encore de trader. Personne ne se retient de rire à gorge déployée par peur de gêner autrui. Personne ne porte une chemise large et noire dans le but de ne pas choquer des collègues jalouses de voir une aussi belle et généreuse poitrine. Non, ici des seins nus s’exposent fièrement, des hommes tenus en laisse se baladent et partout le naturel est là derrière l’apparence de l’artifice. Tout le monde sourit, rit et se regarde avec une sorte de fraternité. Bien sûr la séduction et même l’excitation se font de plus en plus palpables au fur et à mesure que la nuit avance et cela participe au charme. On sent bien que tout est permis, mais rien n’est obligatoire. Dans des recoins discrets, certains s’en donnent à coeur joie, mais la soirée n’est pas libertine, elle est d’abord festive et c’est ce que j’en retiendrai effectivement. C’est quasiment à la fermeture, à 5H30 du matin que nous avons quitté les lieux avec la sensation de sortir d’un réel conte de fées pour adultes, comme une parenthèse enchantée. Nous repartîmes heureux avec plein de bons souvenirs et attendons déjà avec impatience le prochain conte Dèmonia. Alors grand merci aux organisateurs qui nous ont permis de venir à cette soirée et pour leur disponibilité à la boutique !
Ci-dessous, je vous propose de découvrir un mini-récap vidéo de ma soirée :

Tatiana
Nietzsche et Mme Bovary sont mes parents, Don Juan est mon premier amour. C’était mal barré. Les chiennes ne font pas les chattes.

2 commentaires

  1. Je rêve de participer à l’une de ses fameuses nuits, malheureusement je n’ai jamais eu l’occasion.
    Merci pour cet article !

Répondre

Nuit Dèmonia 2018 : retour d’expérience sur la plus grande soirée BDSM

Temps de lecture: 4 min