Oh joie, oh bonheur intense, oh délices venez à moi ! Voilà ce que je me suis dit quand on m’a proposé de tester le petit dernier de la game Womanizer : Liberty. Une version voyage de mon sextoy chouchou, le Womanizer Starlet. Je m’apprêtais justement à partir en roadtrip au Etats-Unis, alors vraiment, que demande le peuple ? Fidèle à ses promesses de performance, je n’ai vraiment pas été déçue.

Du bonheur en boîte

Mon colis est arrivé avec un petit mot personnalisé de la part de Passage du Désir, une attention qui n’est pas passée inaperçue (merci les filles !). Le coffret est d’une sorte de rose parme. Je ne suis pas fan de la couleur mais si on en est à se plaindre de ça, c’est qu’il n’y a pas grand chose d’autre à déplorer ! Dans ce fameux coffret, tout ce qu’il faut, y compris les clefs du bonheur.

womanizer liberty

Le Womanizer Liberty, bien sûr, en deux parties puisque le capuchon protecteur en épouse parfaitement la forme pour en faire un petit objet léger, discret, et bien protégé. On y trouve aussi le câble de chargement USB, pratique pour les voyageurs qui peuvent y brancher n’importe quelle prise ou adaptateur ; par contre il se connecte au jouet par aimantation… J’ai trouvé ça malin au début, mais par la suite je me suis rendu compte qu’il ne fallait pas faire bouger le jouet par inadvertance pendant le chargement, au risque que la connexion entre les deux soit perdue… Pas convaincue par cette innovation, mais encore une fois, rien de majeur. Enfin dans le coffret on trouve un mode d’emploi, une petite pochette de voyage noire (très très bon point !), et une tête de rechange (l’hygiène avant tout !). Le parfait petit kit de la parfaite voyageuse en quête de plaisir !

womanizer liberty

Next stop : l’extase

Côté performance, rien à redire sur le Womanizer Liberty. Il s’agit toujours d’un système à air pulsé, qui est maintenant le moyen que je recommande le plus autour de moi pour venir facilement et rapidement à l’orgasme, sans douleur et sans besoin de lubrification ! Il a 6 modes de puissance de vibration, là où le Scarlet n’en avait que trois, ce qui permet de commencer tout en douceur, et sera bien plus adapté du coup aux clitoris très sensibles. Pour le faire fonctionner, rien de plus simple : on appuie longtemps sur le plus pour le l’allumer, puis sur le plus ou le moins pour naviguer entre les différentes puissances de vibration, puis à nouveau longtemps sur le plus pour l’éteindre. Il est également extrêmement silencieux. Honnêtement, y’a pas mieux pour être discret dans les toilettes de l’avion ! Niveau rechargement, c’est un peu long, mais la charge tient ensuite très longtemps. Je suis partie trois jours en week-end avec, me suis rendu compte que j’avais oublié le chargeur une fois que le train avait quitté la gare, et je me suis dit que super, bravo la tête de linotte, vu que ça fait une semaine que tu l’utilises tu peux faire une croix sur tes moments détente du week-end, mais que nenni. Le petit amour ne m’a pas du tout fait faux bon. Il a même tenu une semaine de plus ! Franchement, moi qui aime me plaindre, je suis sans voix.

womanizer liberty

Un dix sur dix, donc, pour le Womanizer Liberty, que je vous encourage vivement de tester au plus vite !

Il est disponible sur le site du loveshop Passage du Désir au prix de 99 €.

Un doigt de sarcasme, une pincée d'humour, et surtout, beaucoup de cul(ot). Vous l'aurez deviné, mon créneau ce n'est pas la cuisine.