Le Festival de Film de Fesses (FFF pour les intimes) présente sa sixième édition à Paris, du 27 au 30 juin, dans le Quartier Latin. Autour du thème “Pleine Lune”, vous pourrez découvrir différentes créations cinématographiques, mêlant univers fantastique et érotisme. Le Festival souhaite redonner ses lettres de noblesse au cinéma érotique, valoriser sa position alternative et transgressive, rappeler sa fonction politique, créer le débat et surtout vous donner le frisson. Echange avec Léa, en charge de la programmation du FFF.

Comment est né le Festival de Film de Fesses ?

L’idée est venue de trois amis, Maud Bambou, Anastasia Rachman et Antoine Héraly, qui souhaitaient créer un festival original, traitant de la sexualité à travers le cinéma. Il y avait cette envie de revaloriser le sexe et le cinéma érotique en tant qu’art à part entière. Le FFF souhaite mettre les sexualités et les sexes à l’honneur et défendre la démarche artistique des arts érotiques.

Comment va se dérouler cette 6ème édition ?

Le festival est en 4 parties : Rétrospective, Panorama Contemporain, Compétition Courts-Métrages et la Journée Hors Cinéma le dernier jour avec des performances, des ateliers, conférences, DJ sets…

En ce qui concerne la partie Court-Métrage, nous avons sélectionné 23 courts-métrages qui intègrent la compétition. Deux gagnant-es seront élu-es, grâce aux votes des spectateurs (Fessée du Public) et votes des jurys (Fessée du Jury), composé de Bruno Forzani&Hélène Cattet, Carmina et Danielle Arbid.

festival du film de fesses
Retrouvez le programme complet sur leur site officiel

Pourquoi avoir choisi le thème “Pleine Lune” pour la Rétrospective cinématographique cette année ?

Nous choisissons les thèmes selon nos envies du moment et cette année, nous trouvions ce thème intéressant, notamment avec l’émulation récente autour de la figure des sorcières. Par ailleurs, nous avons un amour fort pour les films érotico-fantastiques, car ils posent souvent la question de l’altérité et des désirs multiples de l’humain. Ils permettent aussi de montrer qu’il peut exister un érotisme super puissant, même sans jamais montrer un seul rapport sexuel à l’écran, comme avec la projection d’Under The Skin, de Jonathan Glazer. L’érotisme, c’est aussi un moment fort niveau sensations, et pas uniquement une question de visualisation directe du rapport sexuel.

« Avec notre rétrospective Pleine Lune, le Festival travaille encore à montrer que le cinéma
érotique et le genre fantastique, parfois considérés à la marge, ont toujours été féconds.
Nous sommes ravi-es de pouvoir faire découvrir de telles œuvres qui sont rarement accessibles sur grand écran. »

Anastasia Rachman, co-fondatrice du FFF.

Nous sommes un an après #MeToo et Balance ton porc, et dans une époque où les réseaux sociaux censurent assez visiblement de nombreux contenus à caractère sexuel, même s’ils sont éducatifs. N’est-ce pas compliqué aujourd’hui de défendre le Festival de Film de Fesses ?

Honnêtement, cela a toujours été compliqué depuis le début. Nous n’avons pas de subventions, car les personnes estiment que comme nous parlons de sexe ce n’est pas un projet sérieux. Le Festival continue donc d’exister grâce à nos apports personnels, à notre entourage, au crowdfunding qu’on a effectué il y a trois ans et aux entrées pour les films.

C’est vrai que la censure des réseaux sociaux est très gênante pour nous, vu que c’est grâce à ces plateformes que nous pouvons faire connaître le festival. Il y a 2 ans, on a subi une censure la veille du festival. Il y a quelques semaines, notre compte Instagram a été supprimé, on a du recommencer le compte à zéro, mais on n’abandonne pas et on essaie de contourner la censure.

On tente de contribuer à notre échelle à une vision plus féministe du monde. On a vite réalisé que les réalisateurs de films étaient majoritairement des hommes, mais on arrive à rééquilibrer avec les films contemporains, car on y trouve plus de femmes réalisatrices, plus de visions différentes des sexualités et des genres. On est aussi en demande de projets qui montrent plus de corps différents, pas toujours blancs ni hétérosexuels.

Le Festival du Film de Fesses est-il payant ?

Tous les films sont payants ou accessibles avec des cartes illimitées, comme pour une entrée cinéma classique. Les films seront diffusés dans les salles mythiques du Quartier Latin, le Reflet Médicis et la Filmothèque. Le dimanche, lors de la Journée Hors Cinéma, quasiment tout sera en accès libre, sauf un atelier et le ciné-concert.

Des rêves pour l’avenir du Festival ?

On aimerait pouvoir s’adresser à un public plus jeune et aborder les sujets du consentement, du corps, des désirs, mais on nous prend toujours pour des fous quand on aborde le sujet. C’est comme si on voulait pervertir les ados, alors que dans d’autres pays, il existe des démarches comme l’émission télé norvégienne Pubertet qui fait de l’éducation sexuelle pour les enfants.

On espère que le Festival de Film de Fesses continuera d’exister encore longtemps et qu’il pourra avoir lieu dans d’autres pays du monde, qui sait !

Retrouvez toutes les infos et le programme complet sur leur site internet et leur page Facebook.

Les chiennes ne font pas les chattes. J'oscille entre les deux.