Comme son nom l’indique, Workin Moms est une série qui parle de femmes cumulant deux activités : gérer leur carrière professionnelle et leur rôle de mère. Venue tout droit du Canada, Workin Moms a l’audace de mettre en lumière des réalités liées à la maternité , qui sont souvent peu abordées voire mises sous silence, comme la dépression post-partum et le mythe de l’instinct maternel.

La maternité n’est pas toujours le “plus beau jour de sa vie”

Workin Moms est sortie en 2017 sur CBS TV et disponible depuis Février 2019 sur Netflix. La série nous fait suivre le quotidien de quatre femmes, qui gèrent du mieux qu’elles peuvent leur récente maternité. Chacune d’elles est en couple (trois avec un homme et un couple de lesbiennes) et a une vie professionnelle active. En filigrane de leur amitié et au cœur du scénario, il y a cette réunion de mères, animée par une coach, à laquelle elles assistent régulièrement toutes ensemble.

La série aborde sans voile certaines difficultés liées à la maternité, avec une certaine fraîcheur et une belle dose d’humour : le corps qui change, la contrainte que peut représenter l’allaitement au quotidien (mais aussi le plaisir sexuel que certaines femmes peuvent en ressentir), la peur de ne pas être à la hauteur, le challenge de reprendre le chemin du travail après le congé maternité, l’impression de ne pas être capable d’être mère, le déni de l’enfant, la perte de libido, ou encore la dépression…

Personnages principaux Workin Moms
Les 4 personnages principaux de Workin Moms

Les changements provoqués par l’arrivée d’un bébé dans la relation de couple sont eux aussi mis en lumière : comment réorganiser le quotidien ensemble, comment relancer le désir, le partage de la charge mentale… On peut cependant souligner le fait qu’au global, chacune de ces femmes a un.e partenaire qui se soucie d’elle, du bébé, qui est présent au quotidien et partage la charge mentale (parfois même plus que la mère dans certains cas). Un des personnages masculins endosse même le rôle de père au foyer. C’est clairement une situation que de nombreuses femmes dans le monde entier ne vivent pas et de ce point de vue, nous pouvons déjà dire que nous sommes face à des personnages en situation de privilège, en plus d’avoir toutes de très bonnes situations financières.

Workin Moms tape dans le fond des tabous sur la maternité

Des sujets tabou et polémiques sont exposés avec simplicité et naturel. Dans un épisode, nous pouvons voir Jenny se masturber pendant qu’elle utilise un tire-lait, dans d’autres épisodes Anne vit tellement mal le fait d’être à nouveau tombée enceinte qu’elle ne pense qu’à l’avortement, ou encore un des couples met sur la table le sujet de la vasectomie.

Tire-lait dans Workin Moms
Workin Moms et l’amour du tire-lait

La série n’est pas du tout anti-enfants, au contraire, nous sommes bien face à des parents, qui aiment leur progéniture, s’en occupent (et ont les moyens financiers et sociaux de bien s’en occuper) et font tout ce qui est en leur possible pour que les choses se passent bien. Cependant, Workin Moms assume que l’arrivée de l’enfant n’est pas un moment simple et que la grossesse est une période qui peut être détestable pour les femmes (le personnage d’Anne appelle cela un virus). La série met aussi en exergue les connexions à réinventer entre féminité, maternité et relation de couple, qui ne sont pas toujours évidentes à connecter. Il est appréciable également qu’une série sur la condition de mère ne place pas les enfants au cœur, mais bien les femmes elles-mêmes, avec leurs désirs, leurs angoisses, leurs carrières professionnelles et leur vie amoureuse et sexuelle. Les enfants sont en filigrane de l’histoire, mais restent essentiellement au second plan, comme pour rappeler que la femme, même devenue mère, ne se définit pas uniquement par ce rôle. De ce point de vue-là, c’est absolument une série féministe !

Une série fraîche qu’on recommande à toutes les mamans, mères en devenir ou nullipares qui ne souhaitent pas d’enfants, papas, pères en devenir ou pas. On recommande en fait Workin Moms à toutes les personnes qui souhaitent voir un discours différent sur la parentalité !

Les chiennes ne font pas les chattes. J'oscille entre les deux.