L’univers de Guenièvre Suryous est coloré et son style reconnaissable. Cette illustratrice qui défend une sexualité positive, communique de nombreux messages à travers ses dessins, pour tenter de sensibiliser sur différents aspects de la sexualité et du corps en général, toujours avec bienveillance et beaucoup d’humour.

Qui es-tu Guenièvre Suryous ?

Je suis illustratrice freelance, j’ai 35 ans et je vis à Lille. J’ai lancé la collection des “Guides de Survie Sexuelle” avec la journaliste sexo Flore Cherry pour parler de sexualité avec humour et ainsi briser les tabous. J’ai aussi illustré « Le périnée des filles » écrit par la sage-femme Sophie Frignet. Depuis un an, je collabore avec La Smeno, une mutuelle étudiante du Nord, afin de sensibiliser les jeunes sur différents thématiques via une BD préventive sur Instagram.

Comment est née ta rencontre avec le monde du dessin ?

Après avoir exercé 5 ans comme graphiste dans une start-up parisienne, j’ai voulu me consacrer à ma passion, l’illustration. Un pari un peu fou en y repensant car je n’ai fait aucune école d’art. J’ai parfois un peu souffert du syndrome de l’imposteur à mes débuts, mais j’ai rapidement vu plus loin , portée par ce que je voulais défendre. Je suis une grande fan de Margaux Motin ou encore Diglee ! Et justement je trouvais qu’il manquait un trait girly pour illustrer la sexualité à l’époque.

guenievre suryous
Illustration de Guenière Suryous pour le site Wyylde

Comment décrirais-tu ton univers d’illustratrice et quels messages souhaites-tu faire passer à travers ton art ?

Mon univers est girly et humoristique mais surtout il est positif ! Je pense que l’humour est le meilleur canal possible pour libérer la parole sur un sujet particulier aussi tabou soit-il. À travers mon art, j’essaye en tout cas de traiter de la sexualité, mais aussi du rapport au corps, de façon bienveillante et inclusive : les relations amoureuses, la contraception, le body positive, etc.

Où puises-tu ton inspiration ?

Je laisse beaucoup traîner mes oreilles par-ci par là… mais pas que. Ce qui m’inspire, ce sont les personnes avec qui je collabore et les causes que nous défendons ensemble. Si mon expérience peut parfois aider à délier les langues, je m’en sers. Dernièrement en parlant des violences gynécologiques (physiques et/ou psychologiques) à travers mon expérience, j’ai mis le doigt sur un sujet très tabou qui mérite une vraie réflexion derrière.

Perles de gynécos par Guenièvre Suryous
Illustration de la série “Perles de gynécos”

Tes illustrations sont très colorées, féministes, et de toute évidence engagées pour une meilleure éducation à la sexualité. Qu’est-ce qui t’a donné envie de choisir ce terrain d’expression ?

Dans notre société, nous sommes obnubilé.es par la performance sexuelle. Même s’il existe du porno féministe et/ou militant comme celui d’Erika Lust, sans éducation derrière, la charge mentale est énorme aussi bien pour les hommes que pour les femmes et ce à tout âge ! Les femmes sont souvent “assujetties” à certaines pratiques, alors qu’on devrait plutôt choisir selon ce qu’on aime faire.

Les femmes sont aussi beaucoup infantilisées dans le choix de leur contraception, qui pourtant est essentielle pour une sexualité sereine. Celle-ci doit être adaptée à nos envies et évoluer avec nous, c’est important de le rappeler. C’est ma chatte pas la tienne !

Pour toi, qu’est-ce qui est le plus dur et le plus beau dans le métier d’illustratrice ?

Le plus dur est de trouver le bon ton pour sensibiliser sur des sujets sensibles. En parlant de sexualité de manière mainstream, on n’est jamais à l’abri d’un tollé. Mais justement ça fait partie du “jeu” et c’est ce qui est le plus beau dans ce métier, te dédier à des projets qui défendent des causes justes, sans trop savoir comment le message sera perçu, jusqu’à ce que tu aies des retours positifs qui te permettent d’affirmer tes convictions et de collaborer avec d’autres personnes qui les partagent !

Perles de gynecos par Guenievre Suryous

Illustration de la série “Perles de gynécos”

Un sort est jeté, tu n’as le droit garder qu’un seul de tes dessins, lequel serait-il et pourquoi ?

Je dirais “Les dents de derrière” ! “Jaws” est un de mes films préférés et surtout j’aime l’idée de détourner des classiques du cinéma en y apportant une petite touche sexo et dôle ! Le message passe, tout en douceur (ou pas).

Ilustration parodique de Jaws
Illustration “Les dents de derrière” de Guenièvre Suryous

Une anecdote que tu aimerais raconter sur ta profession ?

L’amalgame qu’il existe encore parfois : j’illustre la sexualité, donc je la vivrais forcément exactement de la même façon ! Sans rentrer dans les détails, j’ai déjà eu des propositions de collaboration qui étaient toutes sauf liées à mon activité d’illustratrice. Certaines étaient tellement “bien” amenées, que j’ai loué l’effort de persuasion en me bidonnant derrière mon écran !

Si ta sexualité était une oeuvre d’art, comment la nommerais-tu ?

Ouh la la, c’est dur ! Je dirais “Les quatre saisons” d’Alphonse Mucha, grand maître de l’Art nouveau qui a toujours célébré les femmes et leur sensualité. J’aime l’idée de se renouveler en étant à l’écoute de son corps et de ses cycles de vie !

Des projets à venir ?

C’est la rentrée et justement on vous a concocté un nouveau “Guide de survie sexuelle” avec Flore Cherry, qui sortira début octobre ! J’ai également collaboré sur un nouveau projet de prévention dédié aux jeunes qui devrait sortir à la même période.

Retrouvez Guenièvre Suryous sur son compte Instagram, sa page Facebook et son blog Secrets de Coquines.