On commence l’année 2020 en toute jouissance avec l’annonce de la sortie du Lelo Sona Cruise 2, merci à Dorcel de nous avoir gentiment prévenues.

Sona cruise 2

Une technologie dans l’air du temps

Adepte de la marque Lelo, c’est sans surprise que l’on trouve le premier Sona Cruise dans mon tiroir à sextoys, et ce, depuis déjà un moment. Je découvrais, il y a presque deux ans, les jouets à ondes pulsées et j’étais ultra-conquise par cette nouvelle façon de prendre en charge mon clitoris. Le principe ? Une succion autour du clitoris qui stimule, par des ondes d’air, les bords externes et toute la partie immergée de l’organe érogène (je mentionne ici le clitoris, mais libre à vous de profiter des succions où vous le souhaitez, bien entendu). La différence de taille avec les vibrateurs habituels étant qu’il n’y a pas de contact direct sur la zone la plus sensible, contact dont l’intensité est souvent plus délicate à gérer. Desculottées s’est fait un plaisir de tester cette nouvelle technologie à travers différents toys et c’est le Womanizer, notamment, précurseur sur le marché, que la rédac a encensé.  

Sona Cruise et Sona Cruise 2, quelles différences ?

Ici, le soin apporté au packaging est le même que le Sona Cruise. Fidèle à cette élégante boîte noire, Lelo vous fournit un échantillon de lubrifiant, un mode d’emploi, une jolie sacoche effet soie, et le chargeur (extrémités Jack et USB). Vous le constatez sur la photo ci-dessous, le design des deux objets est sensiblement le même (surface chromée, étanchéité, silicone rosé dit haut de gamme), bien que l’on souligne toutefois une différence au niveau du bec du Sona Cruise 2, plus « pointu » au bord. Cette différence se ressent dans la prise en main du jouet, qui épouse effectivement mieux la forme du clitoris. Je m’attendais à un peu d’inconfort du fait de la forme plus « abrupte » du bec, mais il n’en est rien, on sent que l’objet a été bien pensé (encore heureux, vous me direz, puisqu’il appartient au marché du sextoy dit de luxe).

Photo comparative du Sona Cruise et Sona Cruise 2
A gauche, le Sona Cruise 2

Quant à l’ergonomie, elle reste la même en apparence, avec toutefois quelques améliorations à noter : contrairement aux boutons « + » et « – « qui servaient respectivement à allumer et éteindre son prédécesseur (avec le risque d’éteindre le jouet en baissant trop l’intensité des ondes), c’est tout simplement le bouton du milieu qui centralise ces deux possibilités. Si, comme souvent, le niveau d’intensité de base est un peu fort quand on l’allume, il faut ensuite laisser le doigt longtemps appuyé sur le bouton « + » ou « – » pour réguler. Pour vous donner une idée du son qu’il fait, je dirais que c’est légèrement au-dessus du ronronnement d’un chat (attention : le son peut varier d’un mode à l’autre et s’accroît logiquement en fonction de la puissance choisie). La forme se glisse agréablement au creux de la paume, bien qu’elle ne soit pas des plus pratiques à manier dépendant de la position adoptée.

Un rythme sur mesure et waterproof ∞

lelo sona cruise 2

On passe de 8 modes vibratoires à 12, ce qui est quand même non négligeable. Alors oui, le mode « neutre » de départ peut suffire à certaines, mais je trouve ça personnellement très chouette de pouvoir profiter d’autant de choix, ça apporte un peu de surprise à l’expérience. Ce sextoy haut de gamme n’est pas donné, et c’est, selon moi, un bon investissement sur le long terme lorsque l’on sait que l’on aura pas fait le tour de l’objet en un mois. Il y en a pour tous les goûts, Lelo s’attachant à vouloir vous offrir le « rythme parfait » ; vous avez d’abord les versions pulsatoires saccadées, puis les modes gagnent en originalité, calquées sur le style du symbole « infini », avec des montées et descentes progressives). On ajoute à l’addition finale que le Sona Cruise 2, comme le Cruise, est entièrement waterproof (et beaucoup plus discret sous l’eau, niveau ondes sonores).

J’achète ou pas ?

En définitive, il n’y a pas tant de différences entre les deux sextoys, les modes pulsatoires mis à part. Enfin si, le prix. Le Sona Cruise 2 est plus cher, vous l’aurez compris (139 euros sur la boutique Dorcel). Je ne vous recommande pas de l’acheter si vous possédez déjà le premier modèle (à moins que vous soyez collectionneuse). En revanche, si vous n’avez pas encore testé de stimulateur à ondes soniques, vous pouvez lui donner toute votre confiance. Je le répète, investir dans un sextoy de qualité est important : il vous donnera du plaisir sur mesure, ne vous irritera jamais la peau et surtout, il vous durera looongtemps.