La page Instagram d’Alisa Krieger affiche déjà une trentaine de milliers d’abonnés. Cette jeune artiste russe utilise son art pour transmettre à sa communauté un message d’amour et de bienveillance envers soi et la personne qu’on aime. Les dessins érotiques d’Alisa expriment la puissance de la passion, du sentiment, de l’amour et du sexe, mais nous invitent aussi à embrasser le mystère énergétique qui enveloppe nos corps lorsque nous connectons avec un autre corps. Interview de cette illustratrice de l’amour cosmique !

Peux-tu te présenter à nous Alisa ?

Je suis une artiste russe qui vit et travaille à Moscou. J’ai 25 ans et cela fait environ 15 ans que je dessine. En plus du dessin, j’adore pratiquer activement le sport, voyager, communiquer avec des personnes intéressantes. La vie est une chose incroyable et je veux en expérimenter toutes les saveurs !

Qu’est-ce qui t’a fait entrer dans l’univers de l’illustration érotique ?

Durant l’été 2019, de nombreux événements intéressants ont eu lieu dans ma vie, ce qui m’a permis de regarder la vie et les relations des gens sous un nouvel angle. C’était une énergie débridée et une mer d’émotions positives que je voulais capturer et emporter avec moi à travers le temps. Ainsi, en septembre 2019, j’ai commencé à dessiner mes premières illustrations érotiques, mais j’ai ensuite réalisé que je voulais partager ces pensées avec les autres pour qu’ils ressentent mon amour, et j’ai alors créé le compte @alisakrieger_ sur Instagram.

Quand j’observe ton travail, j’ai envie d’y mettre les mots “amour cosmique”. Pourrais-tu en dire plus sur la vision de la sexualité que tu tentes de partager ?

Dans mes œuvres, j’aborde un thème important de l’amour : premièrement, l’amour pour soi-même, son espace intérieur, et deuxièmement, l’amour pour son partenaire.

Illustration Wake Me d'Alisa Krieger
Illustration “Wake Me” d’Alisa Krieger ©

Chacun de nous est quelque chose de plus que ce que l’on pense, il y a une immense galaxie inconnue à l’intérieur de chaque personne, donc avant de chercher l’amour des autres, vous devez étudier votre monde intérieur, brûler de passion pour lui et tomber amoureux de toutes les fibres de votre âme – c’est mon idée principale. Et la deuxième idée suit la principale : aimez complètement votre âme sœur avec tous les avantages et les inconvénients, laissez-les entrer dans votre âme et entretenez ensemble votre feu de passion. Cela s’applique aux femmes comme aux hommes, il n’y a pas de division ici.

Je dessine juste une fille, parce que je suis moi-même cette fille, et que ce sont mes pensées. Mais cela ne me dérange pas si les gens ne voient que de l’érotisme dans mon travail. Je dis toujours que l’art, c’est pour que chacun le ressente à sa façon et le comprenne, pour qu’il découvre quelque chose par lui-même.

Je remarque aussi qu’il y a un focus important sur les mains dans tes illustrations.

Je crois que la communication tactile est extrêmement importante et fait partie intégrante des relations humaines. Le toucher est la première sensation qui se développe dans l’embryon. Vous pouvez éteindre les lumières, vous bander les yeux, fermer votre bouche ou vos oreilles, mais le toucher vous dira tout. Avec vos mains, vous ressentirez une pression, une vibration, une texture, une température et tout ce que vous voulez.

Illustration "Drink Red" d'Alisa Krieger©
Illustration “Drink Red” d’Alisa Krieger©

Que trouves-tu le plus beau et le plus dur dans ton activité d’illustratrice ?

Le meilleur pour moi, ce sont les réactions de mes followers et d’autres artistes. J’aime lire les messages de mes collègues, où ils me remercient pour l’inspiration, pour le fait que grâce à mon travail, ils ont pu se retrouver. J’aime aussi mes followers, leurs sentiments et leurs visions. Les commentaires de nature sexuelle sont également sympas et drôles, mais j’aime quand les couples se confessent leur amour et leurs désirs sous mes messages, quand les gens racontent leurs histoires d’amour, de perte, de relations et de sexe.

Le plus difficile est probablement lorsque les gens appellent mon travail “porno” et ne cherchent pas à approfondir. Et le nombre de photos de parties génitales nues d’étrangers dans mes messages privés, c’est également très drôle.

Un sort est jeté, tu ne peux garder qu’un seul de tes dessins, lequel gardes-tu ?

Il s’agirait très probablement du dessin “Deep space”.

Illustration Deep Space d'Alisa Krieger
Illustration “Deep Space” d’Alisa Krieger©

C’était mon deuxième dessin, qui a été fait dans un état d’euphorie, d’amour, de passion et de liberté, je me souviens de cet état comme si c’était hier ! Ce dessin m’aide à garder ces sentiments à l’intérieur et me donne une nouvelle force pour me développer, pour continuer à dessiner l’amour cosmique, c’est comme une recharge.

Comment est perçu l’art érotique en Russie ?

Je n’ai pas beaucoup de followers en provenance de Russie. Mon pays est multinational, diversifié, à plusieurs niveaux, et il abrite une grande variété de personnes. Nous avons beaucoup de gens progressistes, surtout des jeunes – ils s’intéressent à l’art moderne, y compris l’art érotique, mais il y a aussi des conservateurs qui ne comprennent pas du tout cet art.

 Illustration "Supper" d'Alisa Krieger©
Illustration “Supper” d’Alisa Krieger©

Je crois que le peuple russe n’a pas encore grandi sexuellement, car nous n’avons pas d’éducation sexuelle, contrairement à l’Occident (Europe, USA), et que cela devrait être le cas.

Si je te demande d’imaginer la sexualité du futur, comment l’imagines-tu ?

Très honnêtement, je trouve qu’il est difficile de répondre à cette question. Les gens sont de plus en plus libérés et ouverts, ils connaissent leur corps et cessent d’être timides, peut-être que ce sera un culte de l’érotisme, je pense même que cela a commencé. En tout cas, je resterai en phase avec mon temps, tant que cela ne contredit pas mes émotions intérieures.

Des projets à venir ?

Il y a un projet en cours, où mon travail sera central, mais je ne préfère pas encore m’avancer. Quand cela sera prêt, tout le monde sera averti !

Pour retrouver l’ensemble des illustrations d’Alisa Krieger, rendez-vous sur sa page Instagram !

Les chiennes ne font pas les chattes. J'oscille entre les deux.