Nous vivons actuellement un moment unique entre ultra proximité et distanciation sociale dans nos rapports humains. L’épidémie mondiale Covid-19 nous contraint à rester confiné-es chez nous subitement, sans avoir eu l’occasion de nous y préparer, mais pour le bien de tous-tes. C’est ainsi que des couples, des colocataires, des familles, se retrouvent H24 et 7 jours sur 7 les uns avec les autres. Comment se masturber et ne pas négliger ses besoins d’auto-érotisme, quand l’espace intime se réduit, qu’il est plus compliqué de bénéficier de moments de solitude chez soi ? Rassurez-vous, cela n’est pas mission impossible, il faut juste s’adapter et trouver des astuces.

Mettre à profit les pièces les plus intimes de sa maison

Dans le quotidien habituel, celui qui existait avant la crise du Coronavirus, de nombreux couples n’avaient pas l’habitude de se fréquenter autant au quotidien. Entre le travail, les activités sportives, les sorties entre ami-es etc., il y avait de nombreux moments de vie impliquant une vie à soi, où l’autre n’était pas forcément impliqué. Les horaires décalés que ce rythme de vie crée, permet souvent plus facilement d’avoir un créneau d’une heure ou deux pour s’autoriser un moment de plaisir sexuel solitaire à la maison. Or, si vous êtes toute la journée à la maison avec votre partenaire, pouvez-vous encore vous masturber ?

femme allongée en sous-vêtements sur le lit

La masturbation est un moment de connexion à soi, avec son corps, qui a des effets positifs sur l’énergie sexuelle, un effet relaxant et peut même stimuler encore plus le désir pour l’autre. C’est un moment qu’on ne veut pas forcément partager avec l’autre, également parfois pour ne pas créer de problèmes, car certaines personnes vivent très mal l’idée que leur partenaire ait envie de se masturber et prennent cela pour une trahison de la sexualité de couple. Pourtant, ce n’est pas parce qu’une personne se masturbe qu’il faut en conclure qu’elle n’a pas de désir sexuel pour la personne qui partage sa vie. Elle a juste besoin de ce moment d’auto-érotisme, qui est aussi bon pour l’épanouissement sexuel personnel. La masturbation permet de comprendre l’érotisme de son corps, d’en approfondir sa connaissance, de prendre conscience de certains de ses fantasmes et de ne pas déporter toute la charge mentale de son plaisir sexuel sur l’autre. C’est donc important de trouver des moments à soi pour cette activité si on en ressent le besoin.

Même si vous êtes confiné-e à deux ou plus dans un petit appartement, il y a toujours des espaces pour s’isoler quelques instants, qui peuvent être propices à votre pause masturbation. Parmi les lieux les plus évidents, il y a les toilettes et la salle de bains. La préférence ira peut-être à la salle de bains, qui vous mettra moins mal à l’aise si vous y restez confiné-e plus longtemps que d’habitude. Si vous avez une baignoire, le bain est un moment délicieux pour se faire du bien en discrétion, profitant de la chaleur de l’eau et de la sérénité de l’atmosphère. Pour les femmes, cela peut être le moment de sortir votre ami le canard de bain vibrant, pour jouer dans l’eau version adulte, tout en écoutant un podcast érotique.

femme dans le bain

Si votre partenaire est couche-tôt alors que vous êtes couche-tard, vous pouvez profiter de vos heures en solitaire la nuit, pour votre séance de caresses solitaires. À vous de déterminer le lieu de la maison le plus adapté et le moins risqué si vous ne souhaitez pas être surpris-e en pleine action ! Cela marche aussi au réveil : si votre partenaire est lève-tôt et que vous êtes lève-tard, vous pouvez en profiter pour vous masturber dans le lit le matin. D’ailleurs, dans ces mêmes situations, il se peut que votre partenaire soit aussi en train de profiter de ce moment en solo dans son coin.
Si vous avez des enfants, il est certain que cela est plus compliqué, notamment si votre espace de vie n’est pas très grand. Cependant, si la charge mentale des enfants est bien partagée entre vous (comme nous le savons, c’est encore un long chemin à parcourir dans les relations hétérosexuelles et les femmes ont encore en majorité toute la charge mentale à la maison), votre temps dans la salle de bains peut être précieux pour vous masturber pendant que votre mari s’occupe de la tribu (je prends l’exemple du mari pour qu’il soit bien clair pour tout le monde que ça peut être l’homme qui s’occupe des enfants pendant que la femme se détend !).

Dans le cas des personnes en colocation, si vous avez chacun-e votre chambre, cela reste quand même le lieu idéal pour se masturber en toute tranquillité. Si vous avez une envie pressante de vous toucher en plein après-midi, il faudra probablement envisager les toilettes ou la salle de bain également, surtout si votre colocataire est du genre à rentrer dans la chambre sans frapper au préalable.

Inclure la masturbation dans sa sexualité de couple

Mettre cartes sur table est aussi envisageable en parlant franchement à votre colocataire sur le besoin de ne pas être dérangé-e dans votre chambre quand vous le demandez. Pour les couples, l’idéal est d’avoir une bonne communication et de se sentir à l’aise de parler ouvertement de sexualité et masturbation avec votre chéri-e. Ainsi, vous pouvez partager à l’autre votre souhait de vous masturber et/ou lui faire comprendre que vous n’êtes pas dérangé-e par le fait qu’il/elle souhaite se masturber. Dans une période de confinement qui apporte un certain stress, la masturbation est un moyen pour certaines personnes de relâcher les nerfs, même si la sexualité à deux ne comporte pas de problème spécifique et que vous faites l’amour régulièrement. Si le confinement diminue votre libido de couple comme peau de chagrin, la masturbation est également efficace pour stimuler son érotisme durant cette baisse de régime, calmer un éventuel sentiment de frustration, voire même relancer le désir pour l’autre. N’oublions pas de rappeler que votre chéri-e ne vous doit jamais une sexualité, il n’y a pas de “devoir conjugal”, donc ce n’est pas parce que votre libido est au sommet que le consentement de l’autre est obligatoire. De la même façon, ce n’est pas parce que vous n’avez pas envie de sexe, qu’il faut mépriser et nier le désir sexuel de l’autre. Ainsi, la masturbation peut réduire les tensions, pousser à ouvrir le dialogue, mais aussi permettre de rééquilibrer le désir entre vous, à condition de ne pas se braquer sur le conflit.

D’ailleurs, la masturbation est aussi une activité qui peut être partagée à deux, pour les couples qui aiment vivre cette activité érotique ensemble, ou qui souhaitent l’inclure dans un jeu d’excitation. Vous pouvez par exemple décider ensemble d’un horaire de masturbation de couple, ou vous masturber devant votre partenaire qui regarde et vice-versa, ou vous créer des gages coquins (ex : “la prochaine fois que tu te masturbes, t’utilises ton stimulateur clitoridien et tu me racontes ?”), ou même jouer à interdire à votre partenaire de se masturber pendant plusieurs jours sous certaines conditions. Tout est possible, tant que tout le monde a exprimé un consentement explicite ! Faites preuve d’imagination, faites-vous confiance et la masturbation pourra faire pleinement partie de votre sexualité solo et de couple, sans qu’il y ait à en éprouver de la honte. En confinement ou pas, c’est important de garder un esprit sain dans un corps sain, et oui se masturber entre en compte.

Les chiennes ne font pas les chattes. J'oscille entre les deux.