Les VOG, ce sont les violences obstétricales et gynécologiques, et Marine Gabriel a décidé de mettre la lumière sur ces violences dans son livre La vérité au bout des lèvres, publié aux éditions Kiwi. Dèjà à l’origine du compte Instagram populaire @Balancetonutérus, qui regroupe les témoignages de femmes ayant subi des VOG, Marine Gabriel pousse plus loin l’engagement dans ce livre qui souhaite éveiller les consciences, sensibiliser le corps médical et soutenir les victimes.

Un livre pédagogique pour combattre les violences obstétricales et gynécologiques

La vérité au bout des lèvres, est un livre très facile à lire et qui s’adresse vraiment à tout type de public de lectrice. C’est bien sûr aussi intéressant pour des lecteurs qui souhaiteraient s’éduquer à ce sujet et qui arrivent à passer outre le stéréotype que “le rose c’est pour les filles”. En effet, malgré un sujet sombre, on voit la vie en rose dans ce bouquin : textes, dessins, numéros de page, annonces du nouveau chapitre… tout le graphisme du livre est en rose flashy.

Photo du livre La vérité au bout des lèvres
Photo du livre La vérité au bout des lèvres

L’auteure commence par nous partager sa propre expérience traumatique, qualifiée de “cauchemar” lors de sa première grossesse, qui est à l’origine de son désir de libérer la parole des femmes sur les VOG. Un travail de définition des VOG est aussi proposé, ponctué de témoignages, pour bien mettre au cœur du sujet l’expérience et la voix des femmes. Il est intéressant et très positif de voir que la parole est aussi donnée à des professionnel-les de santé, et d’avoir donc l’avis de sages-femmes et gynécologues sur ces situations dans leur métier.

“Je pense que beaucoup de femmes ne se rendent pas compte que le personnel médical leur doit du respect. En effet, j’ai régulièrement des patientes (et encore plus souvent des conjoint.e.s) qui s’étonnent que je demande la permission de faire un toucher vaginal à chaque fois.”

Témoignage d’une sage-femme dans le livre La vérité au bout des lèvres

Le rôle joué par l’uniforme tout-puissant, la culpabilisation des patientes ou encore la poursuite de pratiques violentes comme l’expression abdominale, pourtant interdite depuis janvier 2007 (il s’agit d’appuyer sur le ventre d’une femme pour faire sortir le bébé si l’accouchement ne se déroule pas comme prévu). Tous ces aspects sont abordés dans le livre, accompagnés de témoignages, il faut le dire, parfois durs à lire.

Photo du livre La vérité au bout des lèvres
Photo du livre La vérité au bout des lèvres

Contrairement aux attaques reçues par l’auteure, notamment de la part de femmes sur son compte Instagram, ce livre n’est pas là pour jeter l’opprobre sur la grossesse, l’accouchement, l’hôpital et l’expérience de maternité, mais bel et bien pour pousser à une meilleure information et sensibilisation des femmes, de leurs droits sur leur corps, et aussi de la réalité. Le consentement et le droit à l’information ne devraient pas être un luxe, ce sont des droits humains fondamentaux. D’ailleurs, il y a également tout un chapitre qui s’intéresse aux recours possibles juridiquement, si on a été victime de VOG.

La vérité au bout des lèvres est un livre qui sert de bonne introduction pour comprendre la réalité qui se cache derrière l’expression “violences obstétricales et gynécologiques”. Le livre fait moins de 200 pages, donc peut se lire rapidement et s’emporter facilement dans un sac à main ! Le travail graphique de Charlotte Thomas et les illustrations de Guenièvre Suryous (lire notre interview de cette illustratrice féministe) qui ponctuent l’ouvrage, offrent un aspect ludique à la lecture. Comme une façon de dire : oui le sujet est difficile, mais non nous ne céderons pas à la difficulté, on va libérer ce tabou positivement !

Vous souhaitez en lire plus sur les violences obstétricales et gynécologiques ? Lire aussi notre article sur le Livre Noir de la Gynécologie !

Les chiennes ne font pas les chattes. J'oscille entre les deux.