Le Sharevibe de Fun Factory était un peu un fantasme qui donnait envie d’être réalisé ! Pensé pour les couples hétérosexuels et les couples de lesbiennes, c’est un sextoy qui a la spécificité de s’utiliser à deux, chacun-e des partenaires étant pénétré-e pendant l’acte. Son autre particularité importante : contrairement aux traditionnels godes-ceinture, il n’a pas de ceinture et promet donc de tenir en vous sans harnais, malgré les mouvements. Alors, la réalité est-elle à la hauteur du mythe ? On a testé grâce à notre partenaire espaceplaisir.

Une esthétique qui donne envie

Le packaging de ce produit de la marque Fun Factory n’a pas une allure cheap mais ne fait pas non plus pousser de grands “wahou” comme certains autres sextoys haut-de-gamme testés sur le site. C’est une grande boîte en carton, avec une grande image du Sharevibe sur le recto et une autre image du sextoy ainsi que quelques détails sur ses fonctionnalités sur le verso. Nous avons la version violet, mais le sextoy existe aussi en couleur beige et rose indien.

Packaging recto du Sharevibe de Fun Factory
Packaging verso du Sharevibe de Fun Factory

En revanche, l’esthétique qui crée la curiosité et donne envie est le design du Sharevibe en lui-même. Comme souvent pour les sextoys Fun Factory, le design est moderne, avec un travail sur les courbes de l’objet, et une volonté de s’éloigner fortement d’un quelconque réalisme avec un pénis. Les objets Fun Factory sont là pour être “fun” justement, donc le côté ludique de l’objet se pressent dans le design ! On comprend bien en le voyant quelle partie va s’insérer où et on a un a priori positif que tout a été bien pensé pour procurer du plaisir aux deux personnes. La partie courte bien courbée s’insère dans le vagin de la personne qui pénètre, tandis que la partie longue s’insère dans le vagin ou l’anus de la personne pénétrée. Entre les deux, il y a une petite excroissance qui peut stimuler le clitoris, de la personne qui porte le sextoy.

Le sextoy Sharevibe dans sa boîte de rangement

À l’intérieur de la boîte, vous trouverez le sextoy, une notice et le câble USB de chargement magnétique dans le petit rangement en carton rouge sur le côté. Le sextoy est rangé à même le carton, sans plus de protection, ce qui donne une drôle d’impression. Impression qui n’est pas arrangée, quand on prend le sextoy et qu’il y a comme de légères traces de poussière dessus. Les sextoys Fun Factory sont en silicone hypoallergénique, mais leur matière accroche la poussière comparé à d’autres sextoys en silicone. Le problème avait déjà été remarqué avec le sextoy Bi Stronic Fusion de la même marque. Bien sûr, il faut nettoyer avant utilisation, mais surtout il est vraiment préférable d’utiliser un lubrifiant à base d’eau avant de s’amuser avec, car sinon c’est assez désagréable à sentir.

Traces de poussière sur le sextoy Sharevibe
Sympa les traces de poussière sur le sextoy dès ouverture…

C’est un sextoy assez imposant tout de même, ce qui me semble être une caractéristique aussi de sextoys Fun Factory.

Un coup à prendre ?

Passons aux choses sérieuses, l’utilisation du produit ! C’est un sextoy qui a été utilisé entre deux femmes, bien qu’il soit aussi (surtout ?) prévu pour du pegging (femme qui pénètre l’homme). Il y a si peu de sextoys qui peuvent avoir été pensés pour couples de lesbiennes, quand il y en a un, c’est bien de le souligner ! Tout d’abord, le Sharevibe de Fun Factory est censé être utilisé sans harnais et se maintenir seul grâce aux muscles du périnée. Honnêtement, il faut probablement avoir un périnée en béton +++++ pour faire tenir ce sextoy correctement, car si, il glisse sous la lubrification et les mouvements et n’est pas du tout évident à gérer. On repassera pour le rêve du gode-ceinture sans ceinture, acheter un harnais supplémentaire semble clairement inévitable pour l’utiliser dans de bonnes conditions ! Finalement, plutôt que de juste se concentrer sur le plaisir, il est souvent nécessaire de caler sa main sur la partie basse du sextoy pour tenter de le maintenir en place. La partie de jambes en l’air devient littéralement une acrobatie. Et attention, en calant votre main pour le maintenir en place, vous n’êtes pas à l’abri d’activer les vibrations sans le faire exprès en pressant le bouton d’activation ! Et là, c’est encore parti pour un moment d’embarras, car en plus les vibrations sont intenses, ce qui donne plus envie de l’éteindre désespérément si on s’est fait-es surprendre. Le Sharevibe a 5 modes de vibration au total qui se propagent sur tout le sextoy.

test du Sharevibe de Fun Factory

C’est peut-être un coup à prendre, mais ce qui est agréable dans un sextoy à utiliser en couple, est aussi de le trouver intuitif et qu’il se mêle harmonieusement à l’action sexuelle en cours. Avoir l’impression qu’il faut un diplôme d’ingénieure pour utiliser un sextoy et passer son temps à se poser la question de comment optimiser son plaisir, casse plus le moment qu’il ne le rend plus excitant. À noter aussi qu’en position de la levrette, la courbe de la partie qui pénètre peut être gênante et désagréable pour certaines personnes. Cependant, en posture missionnaire, l’intérêt est plus présent et les différentes stimulations et vibrations sont plus agréables.

Un bilan mitigé pour ce test du Sharevibe

C’est un sextoy dont nous avions lu des retours positifs et probablement qu’il est plus adapté à des couples déjà très habitués de l’usage des sextoys ensemble, et plus encore à des couples hétérosexuels qui aiment la pratique du pegging. Il y a des sextoys qui nécessitent aussi d’être pris en main avec attention, en prenant le temps de les pré-tester avant utilisation, ce qui est le cas du Sharevibe. Ce n’est pas du tout le sextoy le plus intuitif et le plus simple à apprécier si on le prend directement en plein milieu de l’action, cela peut vite créer de la déception, entre sa capacité à glisser, le besoin de le tenir, le bon angle de pénétration à trouver, les vibrations assez fortes… Ca fait trop de choses à penser, dans un moment qui requiert du laisser-aller.

C’est dommage, car le Sharevibe est très prometteur, mais pour un sextoy qui coûte tout de même 99,90 €, on aurait espéré une expérience plus évidente et plus de facilité à atteindre l’orgasme en couple.

Pour en savoir plus sur le sextoy Sharevibe de Fun Factory, rendez-vous sur la page du Sharevibe sur le shop espaceplaisir !

Les chiennes ne font pas les chattes. J'oscille entre les deux.