La Remplaçante, c’est la toute première BD française à traiter du sujet du post-partum. Cela vous étonne ? Pourtant, avant la récente déferlante #MonPostPartum sur les réseaux sociaux et la vague de témoignages qu’elle a engendré, le sujet était totalement tabou. La parole se libère et ça fait du bien ! Notamment du côté d’auteures comme Sophie Adriansen qui, à travers cette BD, nous fait découvrir le parcours de Marketa, une jeune maman qui perd totalement pied après avoir accouché d’une petite fille.

Touchante et drôle, cette BD mérite d’être lue, que vous soyez maman, papa,, souhaitez le devenir ou tout simplement que le sujet du post-partum vous interpelle. Voici les 5 raisons de lire La Remplaçante :

1- Appréhendez le post-partum via un format atypique

Aborder le sujet du post-partum, est déjà compliqué : honte, culpabilité… les jeunes mamans révèlent ne pas oser se confier aux sujets de leur dépression post-accouchement, leurs douleurs, leurs doutes, leurs peurs, car on attend d’elles qu’elles soient comblées. Pourtant, ces derniers mois, des femmes ont levé le tabou au sujet de ce que l’on appelle le post-partum.

Définition Wikipédia :  une période de nouveaux bouleversements d’abord physiques avec la perte brutale des repères physiologiques et anatomiques liés à la grossesse ainsi qu’une période de remaniements psychiques et familiaux (période clef pour la mise en place de la relation mère-enfant, de la découverte du nouveau-né, de mutations familiales, etc.) Autant vous dire que dans un monde d’hommes fait par les hommes, on n’avait pas pour coutume de parler de ce sujet-là.

Grâce à ce format de BD, on lit mais aussi on assimile en image tous ces symptômes et bouleversements qui interviennent dans la vie d’une jeune maman après l’accouchement et dans les premiers mois du bébé. Peut-être moins choquant et plus ludique, le dessin permet aussi de montrer des choses que les mots ne décrivent pas aussi bien (la peur à l’annonce d’une épisiotomie, les éventuelles galères de l’allaitement…).

2- Découvrir un scénario original et des personnages attachants

Bien qu’engagée, la BD La Remplaçante est avant tout une BD qui raconte une histoire avec un vrai scénario réfléchi, de vrais protagonistes attachants. Marketa la maman et Clovis le papa ont chacun leur caractère et leur histoire. On les sait très amoureux et dans l’attente de ce petit bébé qui changera leur vie. Puis on suit les difficultés de Marketa qui, après avoir donné naissance à Zoé ne reconnaît plus son corps, perd pied devant ce bébé qu’elle sent si vulnérable et dont elle a désormais la responsabilité. Sachant que Clovis va bientôt devoir reprendre le travail et il partira quelques jours en séminaire…

3-Mieux comprendre le post-partum, l’anticiper, le prévenir et épauler les femmes qui nous entourent

Nous qui ne connaissions le post-partum qu’à travers des témoignages, cela nous a permis d’explorer ce thème sans tabou et de mieux comprendre la parole des femmes. Non l’accouchement n’est pas forcément merveilleux, non nos amies qui vont accoucher n’auront peut-être pas l’instinct maternel tout de suite. Et oui : être mère, ça s’apprend. Cela peut nécessiter plus ou moins de temps selon la maman, son bébé, son entourage. Mais surtout beaucoup d’amour.

4-Se remettre en question, faire une introspection sur sa vision de la grossesse et son désir d’enfant

Cette BD permet de beaucoup réfléchir à son désir d’enfant si on n’est pas encore parents. Pour celles et ceux qui le sont ou vont l’être, cette histoire fera forcément écho chez de nombreuses mamans et jeunes parents. À travers l’histoire de Marketa, on passe du rire aux larmes en prenant en compte tous les aspects qu’engendrent la grossesse, l’accouchement et surtout toute cette période post-bébé.

5- Découvrir le talent d’une auteure et une illustratrice de talent !

Sophie Adriansen l’auteure, a déjà publié une cinquantaine d’ouvrages, dont Lineanigra (Fleuve,2017, Charleston, 2021) qui aborde notamment la question de la dépression post-partum. L’idée d’écrire La Remplaçante lui est venue à la maternité, lorsqu’elle a accouché de son deuxième enfant. Sentant le post-partum arriver de plein fouet et voulant s’en défaire, elle a pris le parti d’écrire une BD pour conjurer le sort !

Mathou, illustratrice, actrice et graphiste, s’est fait connaître grâce à son blog “Crayon d’humeur”. De son côté, elle s’est instinctivement identifiée à Marketa, comme si son histoire était la sienne. Car finalement ce que vit notre héroïne avec ce gros tabou autour de la maternité résonne chez beaucoup de mamans.

Pour découvrir le livre, c’est par ici : La Remplaçante, First Editions.

Je travaille dans la communication le jour et vous parle de sexe la nuit. Les relations humaines me fascinent autant que la peinture, l'écriture et la psychologie. On dit de moi que je suis drôle, que j'ai un bon coup de fourchette et sale caractère. Moi, je crois surtout que les femmes sont sacrées, que Dieu existe et que la vie est belle. Car elle a toujours beaucoup plus d'imagination que nous.