J’ai lu le guide Masturbation de Lucile Bellan qui, sous l’apparence d’un livre érotique, invite à une pratique plus libérée et libératrice de la masturbation féminine. 

En finir avec le “masturbation gap”

Ce livre s’adresse aux femmes, toutes les femmes, qu’elles vivent leur sexualité seules ou en couple, hétéro ou homo. L’objectif étant de réduire le “masturbation gap” entre les hommes qui sont réputés pour se masturber beaucoup et les femmes qui ont la réputation inverse. Grande fautive de ce “gap”, dénoncée dès l’introduction : l’absence du clitoris et du plaisir féminin dans la production médiatique et culturelle.

A travers ses 40 suggestions, le livre de Lucile Bellan vise à rappeler (ou apprendre) aux femmes qu’elles ont le droit d’accéder à la masturbation et à l’orgasme. Si l’introduction est un peu trop brève pour développer une description juste et nuancée des injonctions et autres émotions qui éloignent les femmes de leur plaisir (la honte, la gêne, la méconnaissance, la pression sociale, la croyance qui veut qu’on ne peut jouir qu’avec et grâce à un partenaire), j’aime beaucoup le projet simple et direct du livre : “Les femmes doivent apprendre comment fonctionnent leurs corps, leur désir et leur plaisir, pour ne plus être dépendantes du bon vouloir de partenaires eux-aussi mal informés.” 

Ouverture des chakras, direct sur le plaisir

Les 3 chapitres sont organisés en suggestions, pour une lecture très rapide et facilité. Le chapitre “Masturbation en solo” aborde tous les aspects d’une masturbation réussie et renouvelée : préparation au plaisir, expérimentation de différentes positions, nombreuses techniques de stimulation localisée. 

Lecture très complémentaire du livre Jouissance club qui est focalisé sur les différentes parties du clitoris, de la vulve, très anatomique. Là, avec Masturbation, on est sur une approche plus globale, presque sociale de la masturbation : comment je peux intégrer de la mise en scène, trouver des moments qui vont convenir mais qui vont aussi casser la routine, lâcher prise, etc. C’est effectivement en donnant de nouveaux repères que l’on peut espérer développer plus de plaisir sur la durée. 

Mes suggestions préférées, car expérimentées bien avant de les avoir lues dans ce livre et je confirme qu’elles ont grandement contribué à la créativité et au succès de ma sexualité en solitaire : 

3 – Combo avec les tétons 

4 – Avec mon miroir

9 – La main qui apaise

10 – La castafiore

11 – La tendresse

12 – Du matin au soir 

19 – La tornade 

Toute la 2ème partie, dédiée à la masturbation en duo, est en réalité une très bonne manière de découvrir la sexualité “au-delà de la pénétration” comme dirait Martin Page. Autant de façons de se donner du plaisir, avec les mains, la bouche, la voix aussi, qui permettent de développer une sexualité à deux, en dehors des sentiers battus et rabattus par la sexualité hétéro-normée : fellation, péné, éjac’. 

Idem, je choisis dans mes préférées : 

9 – Le concours

10 – La réunion Tupperware

12 – L’un contre l’autre

15 – Si bon avec les vêtements

Même le dernier chapitre sur les sextoys, principalement destiné aux femmes (à l’exception des stimulateurs prostatiques) est très exhaustif, très instructif, avec même des références historiques. Enfin, j’ai appris aussi des choses très techniques : vous le saviez, vous, que les traces du tout premier gode datent de 27000 à 28000 ans avant Jésus-Christ ?

Une ode à la tolérance, à l’ouverture, un chouilla maternaliste 

Je le redis : les intentions de Masturbation sont très bonnes. Il nous faut développer, femme comme homme d’ailleurs, un rapport bienveillant et curieux envers notre corps et notre prise de plaisir. Surtout nous, les femmes, qui pouvons passer une vie entière sans nous y intéresser. Je regrette un peu que l’auteure se repose sur son expérience de grossesse pour expliquer cette période de redécouverte du corps et de plaisir pour elle. Nous n’arrivons pas toutes à cet état en passant par la grossesse. Par souci d’efficacité et de conviction, la journaliste développe un petit côté moralisateur, elle qui a découvert la vie “après tabou” et qui nous dit d’y aller. Le texte reste néanmoins très bon et délicat aussi dans la précision faite que ce livre a été pensé et conçu pour des personnes cisgenres, dans le cadre d’une relation hétérosexuelle. Préciser qu’il s’agit d’un cas particulier est élégant, ça coupe l’herbe sous le pied d’une vision “normative” de l’hétérosexualité, bien que les illustrations de Petite Bohème m’aient franchement fait l’effet inverse en feuilletant pour la première fois le livre : des femmes aux lèvres soulignées, fortes poitrines et portant des talons aiguilles… 

“Ce guide est une invitation à considérer comme une activité nécessaire et politique la masturbation” et c’est bien utile de le dire. Femmes, reprenez le pouvoir sur votre corps et votre plaisir et masturbez-vous ! 

Ouvrage disponible pour 17,90€ sur le site des éditions Leduc.

De Despentes à Liv Stromquist, mes influences me poussent à ne rien prendre pour acquis et à toujours remettre en question ce qui est considéré comme beau, excitant et source de plaisir.