Toutes les femmes sont des sirènes, elles pensent avec leur queue… Il n’y a pas à dire, le titre du nouveau roman de Julia Palombe interpelle et cherche à provoquer, tout comme son autrice en a l’habitude. Artiste française multiple, première française à faire un one-woman show enceinte, Julia Palombe nous livre ici un récit érotique qui prend la forme d’un dialogue entre deux femmes, où les souvenirs sexuels de l’une émancipent les désirs de l’autre.

Des sirènes qui jouissent à la queue leu leu

Si le rappeur Orelsan entendait “le chant des sirènes”, Julia Palombe nous fait entendre leurs orgasmes à travers les pages de son roman. Les deux protagonistes du livre sont Louise, une écrivaine reconnue et Aurore, une jeune journaliste venue l’interviewer. L’histoire du livre tourne autour de cet échange, durant lequel Louise raconte sans détour ses souvenirs de décadence sexuelle avec différents hommes rencontrés dans sa vie à partir des années 1970, devant les yeux innocents de la jeune fille de plus en plus émoustillée par ce qu’elle écoute.

Si Louise n’est pas insensible aux charmes des femmes et a également éprouvé une relation lesbienne, le récit narre sans aucun doute les aventures d’une femme très hétéro. La sexualité libre avec les hommes est au cœur du récit de Julia Palombe, qui semble nous transmettre à travers les lignes son amour sauvage et cru du sexe masculin. Ou devrais-je dire de “la bite”, car le terme est fortement employé dans le livre, comme pour bien appuyer sur le désir sexuel bestial de Louise et des différents hommes avec qui elle couche.

Le livre de Julia Palombe souhaite exciter les lecteurs et lectrices, mais surtout, il veut défendre la liberté sexuelle des femmes, le droit à vivre une sexualité sans tabous, qui s’émancipe des contraintes et de la bien-pensance, et se vit selon ses envies. Louise couche quand elle le veut, avec qui elle veut, à tout moment, sans gêne, ni interdits moraux. Se faire prendre devant un autre couple voyeur, se faire caresser sous une table en public, draguer un mec frontalement en lui disant qu’elle veut coucher avec tout de suite… Louise n’a peur de rien et assume complètement ses désirs avec vice et simplicité. Elle agit comme un oracle aidant Aurore à entamer son parcours initiatique de la sexualité.

Un bon roman érotique pour les hétéros

La queue des sirènes fait écho à celle des hommes et les deux se retrouvent pour voguer ensemble sur des vagues de plaisir et de cyprine. C’est un livre érotique qui devrait surtout plaire aux femmes (et hommes) hétérosexuelles, ayant des désirs libertins, aimant lire la sexualité crue et excitées par le sexe avec les hommes. Dans le livre, on pense avec la queue, pour les queues et comme des queues, si je puis me permettre. En effet, une femme bisexuelle ou lesbienne, ou une personne qui se définirait comme non-binaire, ne trouvera probablement pas son compte dans le roman de Julia Palombe. Tout le monde peut y trouver une excitation en lisant certaines pages, mais le livre manque peut-être parfois d’une certaine subtilité charnelle, les mots crus sont un petit peu lourds à lire par moments, et l’ensemble peut paraître un peu trop phallocentré bien que les protagonistes (et l’autrice) soient des femmes. Evidemment, c’est mon goût personnel qui ressort de cette analyse, à vous de juger selon vos propres désirs en matière de littérature érotique !

Ce n’est pas le roman érotique qui m’aura le plus séduit, néanmoins, c’est un roman dont la structure narrative est très intéressante et qui se lit quasiment d’une traite, grâce à une écriture rythmée. Le manifeste central du livre n’est pas pour déplaire à Desculottées : les femmes aussi aiment le sexe, ont tous les droits de le vivre pleinement, de le revendiquer et cet épanouissement sexuel est un chemin de liberté et de bien-être ! Ces mots prononcés par Louise dans le livre serviront de conclusion idéale : “On ne naît pas jouisseuse, on le devient !” Et merci à Julia Palombe de le rappeler.

Toutes les femmes sont des sirènes, elles pensent avec leur queue… est édité par les éditions Blanche. Prix, 17 €. Livre disponible sur Amazon.

Les chiennes ne font pas les chattes. J'oscille entre les deux.