La cinquantaine, un divorce, une carrière dévorante… voici comment est décrite le personnage principal de la BD Le prix de l’amour, écrite et dessinée par Axel. Ce personnage, Valérie, nous questionne sur le désir à l’épreuve de l’âge, sur la sexualité féminine quand elle déborde mais que la société la réfrène. C’est une BD qui montre aussi le jeu entre un regard occidental blanc qui objective les corps noirs et comment en parallèle ces corps noirs profitent pour tourner à leur avantage ce capitalisme sexuel.

Bande dessinée érotique sous la chaleur du Brésil

L’histoire de cette BD a lieu dans l’atmosphère chaude et tranquille du Brésil. On sent que le dessinateur y a passé du temps, a observé les détails de la vie là-bas et y a même peut-être vécu. On reconnaît sans mal l’ambiance si particulière du nord du Brésil, probablement dans l’état de Bahia. Les éditions La Musardine m’ont offert cette bande dessinée, connaissant mon amour pour le Brésil où j’ai vécu et connu des mouvements féministes extraordinaires, comme le salon de tatouage féministe Casaxotta ou les groupes de samba féministes.

Mais revenons-en à l’histoire racontée. Les premières planches de la BD rentrent dans le vif du sujet, de façon directe, émouvante et si réaliste. On voit Valérie, regarder son corps nu dans la glace, et avoir un rapport ambivalent à ce corps de femme de 50 ans : il ne ressemble plus à celui de ses 20 ans, mais elle se trouve encore désirable et surtout veut baiser. C’est pourquoi elle est au Brésil, dans un coin apparemment connu pour des rencontres entre femmes blanches matures et jeunes afro brésiliens beaux gosses. Le deal est simple : l’amour a un prix. Elles paient, ils leur vendent le sentiment d’amour et la fièvre du sexe.

Bande dessinée érotique Le prix de l'amour

Le dessin est réaliste, érotiquement cru et exotique. Valérie est par moments antipathique, mais en tant que femme, on ne peut que comprendre le cynisme avec lequel elle regarde l’existence, la sexualité et la séduction, quand elle comprend que le marché du cul la déconsidère, car devenue « trop » mature. Comme si la sexualité des femmes matures devait mourir et finir réduite à payer des garçons plus jeunes pour une nuit de plaisir. Heureusement, la vie réserve toujours son lot de surprises, de rencontres et de nuits de jouissance et Valérie nous rappelle à quel point, il est important pour une femme d’écouter ses désirs, d’aller au bout de ses envies et de les assumer, quel que soit le regard désapprobateur que la société peut vouloir poser sur elle. Au final, ce qui compte c’est de se faire du bien, et l’important n’est pas la destination, mais le voyage. Ceci vaut pour beaucoup de choses dans la vie, dont le sexe.

Le Prix de l’Amour est une bande dessinée érotique des éditions Dynamite, disponible chez la libraire érotique La Musardine, au prix de 17,90€.

Les chiennes ne font pas les chattes. J'oscille entre les deux.